Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cecilia Bartoli et Philippe Jaroussky, voix célestes de Salzbourg

Cecilia Bartoli et Philippe Jaroussky, voix célestes de Salzbourg
Taille du texte Aa Aa

Le Festival de Pentecôte de Salzbourg 2019 avait pour thème, les "Voix célestes". Sa directrice artistique Cecilia Bartoli a rendu hommage aux grandes voix de castrats en présentant notamment l'opéra baroque de Händel : "Alcina".

Teinté d'illusion, de manipulation et de magie, l'opéra de Händel "Alcina" a ensorcelé le Festival de Pentecôte de Salzbourg. Au cœur de ce monde enchanté : Cecilia Bartoli et Philippe Jaroussky.

La célébrissime mezzo-soprano incarne Alcina qui tombe amoureuse et perd ses pouvoirs magiques. "Dans l'histoire d'Alcina, il y a cette sorcière qui tombe amoureuse, c'est quand même incroyable," s'étonne Cecilia Bartoli. "Il faut jouer plusieurs couleurs : la force, l'amour et il y a aussi le fait qu'elle commence à vieillir," ajoute-t-elle.

"Chaque œuvre de Händel est un bijou"

La cantatrice renchérit : "Il y a la sensualité et la légèreté, on retrouve tout cela dans un opéra de Händel. Chaque air a un caractère, une couleur différente ; chaque œuvre de Händel est un bijou," estime-t-elle.

Son partenaire dans le rôle de Ruggiero, Philippe Jaroussky nous donne également son sentiment sur ce qui caractérise le compositeur anglais d'origine allemande. "On savait que Händel était un personnage assez sévère, assez difficile, un peu colérique : on sait qu'il a même menacé de jeter une soprano par la fenêtre, donc il ne fallait pas trop l'embêter," explique le contre-ténor français. "Et, paradoxalement, sa musique est d'une sensualité, d'une humanité," tempère-t-il. "Sa musique est probablement l'une des plus touchantes de toute l'histoire de la musique classique," affirme le chanteur.

Les castrats, "les pop stars du baroque"

Sous le thème de "Voci celesti" (les voix célestes), Cecilia Bartoli, la directrice artistique du Festival, a dédié cette édition aux voix de castrats qui ont inspiré Händel et bien d'autres compositeurs baroques.

Cecilia Bartoli évoque cette époque : "C'était un peu comme réunir les grandes voix de l'époque baroque, les pop stars du baroque qui étaient les castrats Farinelli, Caffarelli et Senesino," dit-elle.

Händel écrivit le rôle de l'amant d'Alcina, Ruggiero, pour Carestini, l'un des castrats les plus connus. Aujourd'hui, leur répertoire est interprété par des mezzo-sopranos ou des contre-ténors qui utilisent leur voix de tête.

"Ce qui fait aussi la particularité des castrats," précise Philippe Jaroussky, "c'est leur souffle qui était supérieur à la moyenne, qui leur donnait une aisance incroyable : ils devaient faire des phrases entières extrêmement longues sur un souffle. Donc cela devait vraiment faire partie de la magie de ces voix-là. (...) Ils devaient porter peut-être un petit peu leur propre drame dans la voix parce qu'on les a privés de leur intégrité physique et cela devait être des vies parfois remplies de mélancolie," estime-t-il avant de conclure : "Chanter pour eux, c'était survivre."

"Alcina" figure également au programme du Festival d'été de Salzbourg. Des représentations sont prévues du 8 août au 18 août. Le festival lui-même se tient du 20 juillet au 31 août.