Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

The Brief from Brussels : l’UE fragile face aux cyber menaces

The Brief from Brussels : l’UE fragile face aux cyber menaces
Tous droits réservés
REUTERS/Kacper Pempel
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne est en alerte en matière de cyber sécurité. Les révélations au début du mois d'une attaque contre la délégation de l'UE à Moscou relance le débat sur la fiabilité des réseaux. Cette affaire révèle une cyber menace toujours plus inquiétante. L'intensité du danger varie d'un Etat membre à l'autre, mais les capitales demeurent encore réticentes à partager des informations sensibles. Pourtant les capacités sont là mais dispersées précise Gustav Gressel du European Council on Foreign Relations. "Les Britanniques ont des experts, ils ont les moyens par exemple d'inspecter minutieusement les puces Huawei et les sous-composants. La plupart des petits pays membres n'ont pas cette capacité", explique ce spécialiste des questions de défense.

L'acte européen pour la cyber sécurité entre en vigueur ce jeudi. L'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information, ENISA, aura le mandat pour améliorer la coopération entre les 28. L'autre volet de la réglementation concerne la certification des produits et des processus. Malgré cela l'Union restera encore dans l'ombre des Etats-Unis et de la Chine selon le directeur de l’établissement européen. Mais l’UE possède "quelques milliers de personnes qui sont vraiment à l'avant-garde du développement de la cyber sécurité", insiste Udo Helmbrecht. Ces atouts seront nécessaires dans la compétition mondiale avec les Washington et Pékin.

Les brèves de Bruxelles :

  • La qualité de l’air sous l’œil des juges

La justice est compétente pour contrôler l'emplacement des stations de mesure de la qualité de l'air. Selon la Cour de l'Union européenne, les juridictions nationales peuvent prendre les mesures nécessaires à l'encontre des autorités. Les juges européens soulignent que la loi prévoit des règles détaillées en ce qui concerne l’emplacement et le nombre minimum de ces appareils. Parmi les obligations, les points de prélèvement doivent se situer dans les endroits les plus pollués.

  • Réutiliser l’eau pour les cultures

Réutiliser les eaux urbaines pour l'irrigation agricole, c'est le sens du texte adopté ce mercredi par les Etats membres de l’UE. Afin de répondre aux risques de pénuries pour les cultures et pour s'adapter au changement climatique, l'Union européenne veut renforcer le principe d'une économie circulaire. Les eaux récupérées devront répondre à des critères de qualité afin de préserver la santé humaine et animale.

  • Unis dans l'enseignement

Lancement ce mercredi des premières universités européennes. La Commission a dévoilé les 114 établissements qui composeront ces 17 espaces européens consacrés à l'éducation. Ces alliances universitaires doivent stimuler la coopération et la mobilité des étudiants mais aussi des membres du personnel. Avec une enveloppe de 85 millions d'euros l'objectif est de renforcer la qualité et avec elle l'attractivité de l'enseignement supérieur européen.