DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Europol fait tomber un gang cybercriminel, qui a volé 100 millions de $

Europol fait tomber un gang cybercriminel, qui a volé 100 millions de $
Taille du texte Aa Aa

"GozNym", c'est le nom d'un logiciel russe qui restera dans l'histoire de la cybercriminalité internationale. Il a permis de piller les comptes bancaires de plus de 41 000 particuliers, entreprises et institutions financières à travers le monde, leur dérobant au total une somme vertigineuse, environ 100 millions de dollars, ce qui équivaut à 89 millions d'euros. Europol a révélé cette information ce jeudi, et les nombreuses victimes peuvent lui dire merci. L'agence européenne de coopération entre toutes les polices a dirigé une vaste opération qui a abouti au démantèlement du réseau de cybercriminels.

Six pays principalement ont enquêté et agi sur le terrain, a précisé la direction d'Europol basée à La Haye, aux Pays-Bas. Le cerveau présumé du réseau et son bras droit ont été arrêtés en Géorgie, un troisième homme est tombé aux mains des policiers en Ukraine, et des poursuites judiciaires sont lancées contre d'autres suspects en Moldavie et aux Etats-Unis, où les millions volés ont en partie été blanchis. Mais cinq personnes de nationalité russe se sont volatilisées dans la nature et sont activement recherchées.

"NoNe", "phant0m", "firestarter", les noms de guerre des cybercriminels

Le département américain de la Justice a livré les noms des Géorgiens à la tête du gang. Alexander Konovolov, âgé de 35 ans, originaire de Tbilissi, serait le chef; il se cachait derrière le surnom de "NoNe" pour agir comme prédateur sur internet. Son lieutenant, Marat Kazandjian, 31 ans, se faisait appeler "phant0m". L'Ukrainien arrêté s'appelle Gennady Kapkanov, il a 36 ans et il était connu en ligne comme "firestarter".

Parmi les fugitifs russes figure un homme identifié comme Vladimir Gorin, qui supervisait la gestion et le développement du logiciel "GozNym". Le problème, et de taille, c'est que la Russie refuse de l'extrader. Un autre suspect, du nom de Viktor Eremenko, visé par un mandat d'arrêt américain, avait été emprisonné au Sri Lanka en 2017, mais ensuite libéré sous conditions, affirme Europol, grâce à la pression des autorités russes. Depuis, il est à l'abri... en Russie !