Les étoiles de l'opéra brillent sur une même scène à la Scala

Les étoiles de l'opéra brillent sur une même scène à la Scala
Taille du texte Aa Aa

Des airs magnifiques et des duos bouleversants accompagnés par le Philharmonique de Vienne. Les plus grandes stars mondiales de la musique classique se sont réunies à la Scala de Milan pour un gala exceptionnel. Au pupitre de chef d'orchestre, les légendaires Plácido Domingo et Gustavo Dudamel.

Des mélodies entraînantes, des duos bouleversants et des airs magnifiques, les plus grandes stars mondiales de la musique classique ont partagé la même scène à la Scala de Milan à l'occasion du Gala des Ambassadeurs Rolex, aux côtés du Philharmonique de Vienne et sous la direction de deux légendes, Plácido Domingo et Gustavo Dudamel.

"Une fête entre amis"

"Diriger à la Scala, le Philharmonique de Vienne - Gustavo Dudamel faisant de même -, Yuja Wang, Sonya Yoncheva, Jonas Kaufmann et Juan Diego Flórez, c'est une manière incroyable de célébrer la musique," assure Plácido Domingo,

Gustavo Dudamel renchérit : "C'est merveilleux d'être dans ce lieu que Verdi a fréquenté et qui reste marqué par l'histoire, la tradition et en plus, avec le Philharmonique de Vienne qui pour moi, est une famille."

Selon Daniel Froschauer, violoniste et président du Philharmonique de Vienne, "c'est une fête entre amis au plus haut niveau."

Michael Bladerer, directeur de l'orchestre, précise pour sa part : "Tous ensemble, nous avons essayé de créer un fil rouge qui relie les plus célèbres compositeurs italiens - Donizetti, Verdi, Puccini - et le répertoire français dont Gounod."

Sonya Yoncheva et Juan Diego Flórez chantent ensemble pour la première fois

Sonya Yoncheva a interprété pour l'occasion, des extraits de "Roméo et Juliette" de Charles Gounod aux côtés de Juan Diego Flórez.

"Nous n'avons jamais - mais vraiment jamais - chanté ensemble," souligne la soprano bulgare avant d'ajouter : "Roméo et Juliette est une histoire qui est déjà tellement belle, je ne l'avais pas chantée depuis très longtemps, donc pour moi, c'est passionnant."

Le ténor péruvien revient sur l'un des airs qu'il a chanté lors de ce gala : "Una furtiva lagrima" issu de "L'Élixir d'amour" de Donizetti. "C'est évidemment, un air fantastique, très dépouillé," fait-il remarquer. "Il y a uniquement la harpe et quelques instruments, c'est très piano : les gens pleurent parfois," dit-il.

La pianiste virtuose Yuja Wang qui a interprété un passage du Concerto pour piano en la mineur op. 54 de Robert Schumann confie de son côté : "La première fois que je suis venue à La Scala, c'était peut-être il y a dix ans : c'était magique du fait de l'histoire de ce lieu. Et mon idole, c'est Maria Callas," précise-t-elle.

La Scala ? "La cathédrale de l'art lyrique"

Et que représente la Scala aux yeux de ces immenses artistes ? Pour Yuja Wang, "la Scala rime avec diva."

Plácido Domingo voit en elle, "un must pour tout chanteur" ; Sonya Yoncheva, "la cathédrale de l'art lyrique" et Juan Diego Flórez, "mon berceau artistique."

Enfin, Gustavo Dudamel évoque ce lieu "où tous les grands se sont produits : Toscanini, Callas, Pavarotti..."

Le gala était organisé au profit des activités de l'Académie de la Scala dans l'éducation.