EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le Prix Herbert von Karajan : rencontre avec les jeunes chefs d'orchestre d'exception en compétition

En partenariat avec
Le Prix Herbert von Karajan : rencontre avec les jeunes chefs d'orchestre d'exception en compétition
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Katharina Rabillon
Publié le Mis à jour
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans cet épisode de Musica, nous vous présentons de jeunes chefs d'orchestre prometteurs qui aspirent à briller au sein des plus grands orchestres. Ils sont en lice pour le prestigieux Prix Herbert von Karajan des jeunes chefs d'orchestre à Salzbourg.

Ils font partie des jeunes talents les plus prometteurs de leur génération et ont la chance de leur vie. Une poignée de jeunes chefs d'orchestre sont invités à participer au prestigieux Prix Herbert von Karajan pour jeunes chefs d'orchestre. 

Dans cet épisode de Musica, nous découvrons ce qui les inspire, quelles sont leurs ambitions et comment ils se préparent à ce concours exceptionnel.

Le jeune chef d'orchestre autrichien Tobias Wögerer a commencé sa carrière artistique en jouant du violoncelle. Mais rapidement, il s'est découvert une passion pour la direction d'orchestre pendant ses études au lycée. C'est à cette époque qu'il a commencé à diriger la chorale et l'orchestre de l'école. 

Pour Tobias Wögerer, la direction d'orchestre est bien plus qu'une simple profession, c'est une véritable vocation. "C'est quelque chose qui vous accompagne toute votre vie. On n'a jamais fini. On apprend toujours, on en apprend toujours plus", confie-t-il.

Tobias Wögerer, candidat au Prix Herbert von Karajan pour jeunes chefs d'orchestre
Tobias Wögerer, candidat au Prix Herbert von Karajan pour jeunes chefs d'orchestreeuronews

"J'ai simplement essayé de me créer des opportunités au début, où je pouvais essayer des choses. Il faut trouver quelques personnes folles au début qui disent 'd'accord, je vais te laisser essayer', et ensuite tu peux juste te jeter à l'eau. La direction d'orchestre s'apprend, c'est comme un instrument", explique le jeune artiste. 

Le Prix Herbert von Karajan : la chance d'une vie

La ville de Salzbourg, célèbre pour avoir attiré les plus grands artistes du monde grâce à son Festival de Salzbourg, organise un concours unique en son genre : le prestigieux Prix Herbert von Karajan des jeunes chefs d'orchestre. Ce concours est surtout l'occasion pour ces artistes en herbe de briller et de faire entendre leur voix musicale dans le monde de la musique classique.

Tobias a été invité avec sept autres candidats à participer aux demi-finales de ce concours de renommée internationale. 

Pour Anna Handler, l'une des candidates, cette opportunité est un rêve devenu réalité. "Je rêvais de participer à ce concours depuis très longtemps", confie-t-elle. "Depuis que j'ai reçu l'invitation, j'ai tout fait pour me préparer de la meilleure façon possible."

Anna Handler, candidate au prix Herbert von Karajan pour jeunes chefs d'orchestre
Anna Handler, candidate au prix Herbert von Karajan pour jeunes chefs d'orchestreeuronews

"Si le festival de Salzbourg l'organise, qu'y a-t-il de mieux ? J'ai toujours voulu participer, mais j'ai toujours eu l'impression que je n'étais probablement pas encore prêt pour cela", a révélé un autre candidat, Hankyeol Yoon.

Tobias, Anna et Hankyeol ont été choisis parmi plus de 300 jeunes talents du monde entier. Ils ont entre 21 et 35 ans, et gagner ce prix, c'est s'ouvrir les portes des plus grands orchestres. Certains chefs d'orchestre ont même le statut de rockstar.

Que fait exactement le chef d'orchestre ?

Les chefs d'orchestre sont souvent considérés comme des individus à part, dotés d'un charisme et d'une aura bien particuliers. Mais, quelle est leur véritable mission ? Comment parviennent-ils à diriger un si grand nombre de musiciens avec une telle précision ?

"Je pense que la chose la plus importante que fait un chef d'orchestre est de respirer", déclare Vitali Alekseenok, candidat au prix Herbert von Karajan. "Pour être encore plus clair, il arrive que nous ayons non seulement notre main, mais aussi notre baguette, ce qui attire l'attention des musiciens et parfois même du public."

"La main gauche peut alors mieux montrer comment les choses se déroulent ou ce qui va se passer. Un chef d'orchestre communique tout cela avec son langage corporel, avec son cœur, avec son cerveau et avec son oreille", nous explique Vitali Alekseenok tout en faisant preuve de pédagogie.

Le chef d'orchestre est donc bien plus qu'une simple personne en costume. Il est le gardien de l'âme de la musique, un interprète qui transcende les partitions. Sa baguette est une extension de sa volonté, guidant les musiciens à travers un voyage musical exigeant.

Vitali Alekseenok, candidat au prix Herbert von Karajan
Vitali Alekseenok, candidat au prix Herbert von Karajaneuronews

De retour au concours, les candidats doivent faire face à l'évaluation du jury, une épreuve exigeante où ils sont plongés directement dans le vif du sujet, sans avoir eu l'opportunité de rencontrer les musiciens avant.

Ils se retrouvent ainsi à diriger un orchestre dans l'interprétation de classiques de la musique tels que Mozart, Beethoven et Schubert, ainsi que des pièces plus contemporaines, telles que celles de Schoenberg.

"Je suis encore plein d'adrénaline. Je suis très, très chaud, mais heureux", a déclaré Harry Ogg, l'un des candidats. "Vous avez tellement travaillé, réfléchi, vous avez les nerfs à fleur de peau et tout le reste. C'est un peu comme essayer de sauter de la Tour Eiffel et d'atterrir à un endroit précis du sol quelque part." Ce témoignage reflète l'intensité de l'épreuve et l'effervescence qui accompagne la réalisation d'un tel défi musical.

Lorsque ces musiciens d'exception montent sur le podium, plus rien n'existe, hormis l'instant présent. C'est ce qu'explique Irene Delgado-Jiménez, candidate au concours. "J'essaie de contrôler ma respiration et de me mettre en position. Si je réfléchis à ce que pense le jury, je cesse d'être moi-même et je perds mes idées."

Irene Delgado-Jiménez, candidate au concours
Irene Delgado-Jiménez, candidate au concourseuronews

Quelques minutes pour convaincre

L'enjeu est de taille, et la pression atteint son paroxysme. Les candidats n'ont que quelques minutes pour présenter leur vision artistique et convaincre le jury.

"La pression du temps est toujours présente, même lorsqu'il y a eu une répétition de trois heures", explique Tobias Wögerer.

"C'est une question de ressenti, de spontanéité. Bien sûr, nous nous préparons aussi minutieusement que possible, avec une multitude d'idées sur la manière de communiquer avec l'orchestre. Mais au final, la décision ne peut être prise que sur le moment, de manière spontanée." Cela révèle la complexité de la direction d'orchestre, où la préparation rencontre l'instantanéité de la performance.

Pour les musiciens chevronnés, travailler avec de jeunes chefs d'orchestre représente également un défi stimulant.

"Nous percevons immédiatement le talent d'un chef d'orchestre grâce à sa clarté, à tout ce qu'il peut exprimer avec une simple pulsation", explique Sasha Calin, hautboïste au sein de l'orchestre Mozarteum. "L'aspect artistique est beaucoup plus complexe à décrire et à évaluer, et il reste sujet à une grande subjectivité. Ils parviennent à nous guider à travers leur rythme, nous montrant comment interpréter une phrase, quelles émotions ils souhaitent que nous transmettions."

Sasha Calin, hautboïste au sein de l'orchestre Mozarteum
Sasha Calin, hautboïste au sein de l'orchestre Mozarteumeuronews

"Herbert von Karajan, un visionnaire"

Cependant, Sasha souligne également l'importance cruciale de la phase de répétition pour découvrir et perfectionner l'œuvre musicale. Cette phase de travail permet d'explorer en profondeur la composition et de créer une interprétation riche et cohérente.

L'icône dont le nom est associé au prix, Herbert von Karajan, est l'un des chefs d'orchestre les plus influents du XXe siècle. Après Mozart, il est la personnalité artistique la plus importante de Salzbourg.

"Herbert von Karajan était un visionnaire", déclare Manfred Honeck, président du jury. 

Surnommé le "directeur musical en chef de l'Europe," il dirigeait les orchestres les plus prestigieux, notamment l'Orchestre philharmonique de Vienne, et il jouait un rôle incontournable au sein du Festival de Salzbourg.

"Il connaissait les partitions par cœur, il dirigeait toujours sans partition. Il connaissait très bien la culture sonore. L'autre chose, c'est qu'il était toujours en avance sur son temps", dit Manfred Honeck.

Herbert von Karajan, chef d'orchestre
Herbert von Karajan, chef d'orchestreeuronews

"L'impact d'Herbert von Karajan sur le Festival de Salzbourg est d'une importance capitale", souligne Markus Hinterhäuser, directeur artistique du festival. "Je suis convaincu que le Prix des Jeunes Chefs d'Orchestre correspondrait parfaitement à sa vision. Karajan possédait à la fois la perspicacité et la générosité nécessaires pour comprendre l'importance de soutenir les générations futures de talents musicaux."

Le Festival de Salzbourg perpétue ainsi l'héritage de Herbert von Karajan en continuant à nourrir et à promouvoir les jeunes talents de la musique classique.

L'heure de vérité a sonné, le jury a pris sa décision.

"Huit candidats étaient réunis ici. Mais trois candidats ont été sélectionnés. Leur noms sont Vitali Alekseenok, Tobias Wögerer et Hankyeol Yoon", a annoncé Manfred Honeck.

Trois mois de préparation intensive attendent Tobias et ses compagnons d'aventure.

"J'essaie simplement de faire de mon mieux. Mais c'est incroyable d'être dans les trois premiers", a confié Tobias Wögerer à Musica.

Ne manquez pas le prochain épisode de Musica, qui promet une compétition de haut niveau entre Vitali, Tobias et Hankyeol, alors qu'ils rivalisent pour décrocher le prestigieux Prix Herbert von Karajan des jeunes chefs d'orchestre. Une étape décisive de leur parcours musical les attend.

Partager cet article

À découvrir également

Prix Herbert von Karajan des jeunes chefs d'orchestre : la relève est là !

"La culture, c'est l'identité" : comment Gustavo Dudamel façonne l'avenir de l'Opéra de Paris ?

Le Met Opera de New York donne un nouveau visage à l'opéra avec "Champion"