DERNIERE MINUTE

Malgré la menace terroriste, les touristes français sont de retour en Tunisie

Malgré la menace terroriste, les touristes français sont de retour en Tunisie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Hammamet en Tunisie... Ses plages ensoleillées, son eau à 25 degrés, ses cours d'aquagym... Et ses forces de l'ordre présentes en nombre pour veiller à la sécurité...

Après la révolution de 2011 et la série d’attentats survenue en 2015, la Tunisie avait perdu plusieurs millions de touristes. Mais malgré de récentes nouvelles attaques, les Français semblent de retour dans le pays.

D'après le SETO, le syndicat des tours-opérateurs, ils sont 80 000 à avoir réservé un voyage en Tunisie cet été. Soit un bond de 25% par rapport à l'été dernier.

Secteur stratégique

En Tunisie, le tourisme est stratégique. Alors qu'il contribue à plus de 13% du pays, le gouvernement tunisien dit pouvoir atteindre l'objectif de 9 millions de visiteurs qu'il s'était fixé pour 2019.

Mais le pays reste en état d'urgence et les attaques surviennent encore. La dernière remonte à la semaine dernière. Un double attentat suicide revendiqué par le groupe Etat Islamique, qui a tué deux personnes et fait plusieurs blessés.

Mais pour l'heure, pas de conséquences sur les réservations, selon cet hôtelier d'Hammamet : "A ce jour, nous n'avons pas eu d'annulations. Au contraire, la demande augmente de jour en jour."

Bataille des chiffres

La Tunisie retrouve des couleurs, mais moins que la Turquie ou encore l'Egypte.

Dans ce pays également marqué par des attentats terroristes, les premières tendances de l'été 2019 montrent une plus forte hausse encore de touristes français.

En Jordanie, toujours selon le SETO, les réservations pour l'été connaissent, pour l'heure, un gigantesque bond de + 238%.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.