Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Greta Thunberg suscite la colère de certains députés français : qu'en pensent les jeunes ?

Greta Thunberg suscite la colère de certains députés français : qu'en pensent les jeunes ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Greta Thunberg, simple phénomène médiatique ou réel moyen de sensibilisation des jeunes à l'avenir qui les attend ? Certains députés français, issus de différentes formations politiques, s'interrogent, alors que l'activiste suédoise de 16 ans est accueillie à l'Assemblée nationale ce mardi à l'invitation d'un collectif de députés intitulé "Accélérons".

Guillaume Larrivé, député du parti de droite "Les Républicains ", a déclaré sur Twitter que le pays n'avait pas besoin d'un "gourou apocalyptique".

Sébastien Chenu député du Rassemblement national, lui, demande : "Si je ne me prosterne pas devant elle, suis-je politiquement incorrect?"

Même au sein de la majorité, la secrétaire d’État Marlène Schiappa dit avoir une "réserve" concernant l’exemple renvoyé par Greta Thunberg, qui sèche les cours pour manifester.

Cette autre députée LREM de la majorité, Bénédicte Peyrol, qui a travaillé par le passé pour un éco-organisme spécialisé dans le recyclage de papier, aimerait "moins de messages simplistes", et "plus d'actions concrètes".

"Maintenant, qu'est-ce qu'on fait quoi?"

"Moi, ce que je regrette profondément, c'est qu'on fasse d'elle une icône, un héros de l'urgence écologique", a déclaré la députée Bénédicte Peyrol, dans une interview à Euronews. _"Mes héros à moi ce sont les gens, au quotidien, qui viennent me voir à la permanence, qui essaient de trouver des solutions, ou les agriculteurs que je vais voir sur le terrain, qui se posent la question de savoir comment faire la transition écologique." _

Bénédicte Peyrol ajoute que l'urgence climatique est quelque chose d'établi et seulement remis en cause par une poignée de personnes, mais qui restent "marginales". "Maintenant, la question, c'est qu'est ce qu'on fait?", conclut-elle.

Mais qu'en pensent les jeunes ?

Au-delà de la personnalité, visiblement clivante, de Greta Thunberg, concentrons-nous aussi sur son message. A-t-il un réel impact sur la jeunesse, notamment via les réseaux sociaux, leurs principaux canaux de communication ? Dans quelle mesure son discours peut-il influencer les comportements ?

Nous sommes allés poser la question directement à des jeunes, dans les rues de Lyon. Tous ceux que nous avons rencontrés la connaissent, au moins de nom.

Certains de ces adolescents que nous avons rencontrés ont récemment participé à une marche pour le climat, notamment à Macon. Ils pensent pouvoir s’identifier plus facilement à elle.

"Vu qu'elle est jeune, cela nous touche plus. on est plus impactés", dit cette adolescente. "Les députés font des choses depuis un certains temps, mais la voix des jeunes permet d'amplifier ce mouvement", assure Antoine.

"Il faut que tout le monde s'y mette"

Mais d'autres jeunes n'ont pas forcément attendu Greta Thunberg pour se lancer dans une lutte contre le changement climatique, à leur échelle. Ils ont conscience des défis et des moyens pour lutter contre le réchauffement climatique, dans leur quotidien.

"Il y a tout ce qui est recyclage... On peut faire attention à notre consommation, à nos déplacements, on peut marcher", dit cette adolescente de 18 ans.

"Il y a de plus en plus de challenges qui se mettent en place sur les réseaux sociaux pour faire changer les choses, comme le challenge de ramasser les ordures sur la plage. Si chacun ramasse un déchet, on avance, donc il y a des choses qu'on peut faire à notre échelle, mais il faut que tout le monde s'y mette", dit cette autre adolescente, place Bellecour.

La visite de Greta Thunberg survient alors que la gouvernement français a déclaré l'urgence climatique, en juin, et s'est fixé des objectifs ambitieux en matière de réduction des émissions carbone. Mais là encore, ces mesures avaient suscité des critiques, notamment des Verts, qui pointait du doigt "un manque d'actions concrètes". Le constat rassemble. Mais les solutions, pas encore.