Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Banque d'Angleterre abaisse ses prévisions de croissance pour 2019 et 2020

La Banque d'Angleterre abaisse ses prévisions de croissance pour 2019 et 2020
Tous droits réservés
Chris J Ratcliffe/Pool via REUTERS
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'incertitude autour du Brexit fragilise l'économie britannique encore plus prévu, selon les conclusions de la banque d’Angleterre.

Les prévisions de croissance pour l'année en cours et la suivante ont été abaissées par l'institution financière et devrait se limiter à 1,3% du PIB, contre 1,5 et 1,6%, initialement prévus.

"Les perspectives économiques du Royaume-Uni continueront de dépendre de la nature de son retrait de l'UE et de l'orientation de la politique monétaire, qui dépendra de l'équilibre de ses effets sur la demande, l'offre et le taux de change. Par conséquent, la réaction de la politique monétaire au Brexit ne sera pas automatique, et elle pourrait se faire dans les deux sens. De même, les préparatifs des gouvernements et des entreprises en vue de l'absence d'accord sont essentiels pour réduire les coûts de transition potentiellement préjudiciables dans le cadre de la relation OMC et UE. Mais ces préparatifs ne peuvent pas éliminer les ajustements économiques fondamentaux d'un nouvel arrangement commercial qu'un Brexit sans transaction entraînerait", commente le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney.

Selon l’Office de responsabilité budgétaire, le Royaume-Uni pourrait même entrer dans une période de récession. Le gouvernement se dit « prêt » à affronter la crise.

"Depuis que je suis arrivé au Trésor, j'ai demandé à mon ministère ainsi qu’à l'ensemble du gouvernement de se préparer au scénario du « no deal » Ce n'est pas parce que nous le voulons, mais parce que nous devons y être prêts, car nous quitterons l’UE le 31 octobre. Aujourd’hui, j'ai annoncé une allocation de 2,3 milliards d’euros entre les différents ministères pour nous assurer que nous sommes bien préparés à quitter l’UE sans surprise, si cela doit arriver", estime Sajid David, le ministre des Finances britannique.

Au total, le gouvernement a annoncé avoir débloqué 6,9 milliards d'euros pour se préparer à une crise post-Brexit. Du côté de l'Union européenne, la Commission dit ne pas vouloir préparer de plan pour faire face à d’éventuelles conséquences.