Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Macron-Poutine : les mains tendues de Brégançon

Macron-Poutine : les mains tendues de Brégançon
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Russie est "européenne" et il faut "rétablir un système de confiance" avec elle. Ce sont les mots d'Emmanuel Macron, qui a cherché à se rapprocher de son homologue russe Vladimir Poutine ce lundi au fort de Bregançon. A quelques jours du G7 de Biarritz, où la Russie n'est pas invitée, les deux chefs d'Etat ont paru ouverts à un réchauffement des relations Est-Ouest.

Emmanuel Macron : "Parce qu'elle est européenne, la Russie a toute sa place dans l'Europe des valeurs (...) Et c'est d'ailleurs au nom de cette place que nous avons pu cet été appeler à ce que la liberté de manifester, le liberté d'opinion, la liberté de se présenter à des élections de... dans le cadre de tout pays au sein de ce conseil soit pleinement respectée aussi en Russie, parce que je crois à cette Russie européenne".

Interrogé sur la répression des manifestations pro-démocratie à Moscou, Vladimir Poutine a répondu ne pas vouloir avoir à faire face à des évènements similaires à ceux de Paris, faisant référence à la crise des Gilets Jaunes.

Mais ce sont le nucléaire iranien, la guerre en Syrie, et le conflit en Ukraine qui vont être principalement abordés par Emmanuel Macron et Vladimir Poutine.

"Nous aurons à considérer l'opportunité, ce qui est mon souhait, d'un nouveau sommet au format Normandie (Russie, Ukraine, Allemagne, France, ndlr) dans les prochaines semaines (...) Je vais parler (avec Emmanuel Macron) de mes contacts avec le nouveau président ukrainien. Il y a des choses qui sont dignes de discussions et qui suscitent un optimisme prudent".

Grande divergence cependant au sujet de la Syrie, notamment sur la mise en place effective d'un cessez-le-feu à Idleb, incompatible selon Poutine avec sa volonté d'aider Bachar el Assad à se débarrasser des "menaces terroristes" .