EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La lutte contre les inégalités au menu du G7

La lutte contre les inégalités au menu du G7
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un véritable défi à l'heure de l'uberisation. Au Royaume-Uni, un livreur raconte son calvaire pour faire valoir ses droits.

PUBLICITÉ

La lutte contre les inégalités va s’inviter dans les discussions du G7 ce week-end, à Biarritz, en France.

De l'autre côté de la Manche, à Whitby, des vacanciers profitent des joies de la plage et du temps libre, mais pour certains, ces moments sont rares.

Ed Cross est chauffeur pour une plateforme collaborative. Un secteur qui a doublé son essor avec des géants comme Uber ou Deliveroo, et pèse deux fois plus qu'il y a trois ans au Royaume-Uni. Il fait vivre aujourd'hui près de cinq millions de personnes dans le pays.

Avec un statut précaire, il reste difficile de faire valoir ses droits, mais Ed a dû intenter une action en justice contre son employeur pour pouvoir prendre des congés, dont il a été privé pendant plus d'une décennie.

"Je n'ai pas pu prendre de vacances pendant douze ans à cause de ce procès", relate Ed Cross, chauffeur livreur. "La semaine dernière, c'est la première fois que j'ai pu prendre une semaine complète de congés en l'espace de douze ans. Mais si je ne vais pas travailler sans fournir de justificatif, ils peuvent me retirer mon job, un point c'est tout. Je peux être viré, et je connais des coursiers qui l'ont été. J'en connais qui ont fait une crise cardiaque, et dans l'ambulance, la première chose qu'on leur demandait, c'était : "qui couvre votre tournée ?".

L'uberisation de certains secteurs a fortement dégradé les droits des travailleurs, selon Ed.

"Je pense que certaines entreprises en profitent pour exploiter les gens", poursuit-il, "et il n'y a pas d'autre mot pour cela. Il y a des gens qui ne pourraient pas aller travailler parce qu'ils sont malades, ou qui se demandent s'ils pourraient avoir une augmentation de salaire, mais qui se ravisent parce qu'ils se disent : "Non, il y a dix autres personnes derrière moi qui le feront pour moins cher".

Selon le plan de réforme du gouvernement britannique, l'âge du départ à la retraite doit être relevé à 67 ans d'ici 2028 et ensuite à 68 ans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No comment : Des militants s’en prennent au portrait officiel de Charles III

Royaume-Uni : Rishi Sunak promet des baisses d'impôts

Nigel Farage fait volte-face et se présente aux élections britanniques