Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Christine Lagarde auditionnée par les députés européens

Christine Lagarde auditionnée par les députés européens
Tous droits réservés
Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La future présidente de la Banque centrale européenne a passé son premier test public ce mercredi, devant les députés européens. Christine Lagarde devrait prendre ses fonctions le 1er novembre, alors que l'économie de l'Union est confrontée à de nombreux défis, comme le risque d'une récession.

"Certains pays de la zone euro peuvent en fait utiliser une partie de leur espace budgétaire pour améliorer les infrastructures et mettre en place des dépenses publiques qui contribueront réellement à lutter contre la récession, a déclaré la future présidente de la BCE. Je pense qu'il y a plus de pays dans cette situation aujourd'hui. Il n'y a certainement pas beaucoup de marge de manœuvre, mais il y a au moins de la place pour des nouvelles politiques fiscales".

A l'heure de redoubler d'efforts pour soutenir l'économie, la Banque centrale européenne doit clarifier sa politique et la rendre plus accessible aux citoyens, a également estimé Christine Lagarde.

Une institution critiquée

"Il faut impérativement dépoussiérer le langage et s'épargner un excès de jargon technocratique pour permettre aux citoyens, aux consommateurs, à des gens qui ne sont pas forcément des experts en politique monétaire de comprendre à quoi sert la BCE", a déclaré la Française, dont le mandat de huit ans à la tête de la BCE doit démarrer le 1er novembre.

Agée de 63 ans, la directrice du Fonds monétaire international (FMI) doit succéder à l'Italien Mario Draghi, qui a marqué l'institut en forgeant quantité d'outils pour sauvegarder la monnaie unique et stimuler l'inflation dans la zone euro, sans que cette action tous azimuts ne soit toujours limpide pour le grand public.

L'institution a aussi été largement critiquée, en particulier en Allemagne, où nombre d'élus et d'experts jugent qu'elle a outrepassé son mandat en soutenant les finances d'Etats en difficulté, et spolié les épargnants en descendant les taux d'intérêt à leur plancher historique.

Le vote des députés européens est toutefois uniquement consultatif, sans pouvoir de blocage. Christine Lagarde sera auditionnée par les dirigeants européens, lors du prochain sommet le 17 octobre.