Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Danger pour l’agriculture européenne

Danger pour l’agriculture européenne
Tous droits réservés
© European Union - EP
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les chiffres sont alarmants pour l'avenir de l'agriculture. Selon l'Agence européenne pour l'Environnement le changement climatique risque d'entrainer une perte de production, voire l'abandon de certaines cultures. Selon les projections, les rendements de blé, de maïs et de betterave pourraient être réduits de 50% d'ici 2050 dans le Sud de l'Europe. Si le constat est partagé par tous les acteurs, les moyens pour y répondre sont différents. Pour le président du Cogeca, l’association des coopératives européennes, le salut passera par la technologie. "En utilisant moins de carburant par exemple avec des nouveaux moteurs et des machines plus modernes et efficaces", assure Thomas Magnusson.

Des rendements plus faibles, des coûts de production plus élevés et un impact sur la qualité des produits, les producteurs vont devoir s'adapter. Les ONG environnementales appellent à un changement de la PAC, la Politique agricole commune, pour aider les professionnels à diversifier leurs cultures. "Les politiques ont favorisé les producteurs à devenir toujours plus grands, plus industrialisés. Leurs champs se résument à une seule culture, à la monoculture. Et lorsque les récoltes sont touchées par une sécheresse ou un choc climatique, l'ensemble du système de production est mis en échec", explique Marco Contiero de Greenpeace Europe. L'agriculture représente 10% des émissions de gaz à effet de serre dans l'Union. Mais les professionnels et les ONG assurent que le secteur peut devenir neutre en carbone.

Brèves de Bruxelles :

  • Christine Lagarde toujours plus proche de la BCE

Le Parlement européen soutient la nomination de Christine Lagarde à la tête de la BCE, la Banque centrale européenne. Les députés valident la décision des chefs d'Etat et de gouvernement de l’UE. La Française sera la première femme à occuper ce poste. Elle succèdera le 1er novembre à l'Italien Mario Draghi.

  • Mouvements sur le marché énergétique allemand

La Commission européenne autorise une réorganisation majeure sur le marché énergétique allemand. La Commissaire chargée de la Concurrence, Margrethe Vestager, a donné son feu vert à un montage complexe d'actifs entre RWE et E.ON. Cette opération permettra à RWE de devenir le numéro trois sur le marché européen des énergies renouvelables.