DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'énergie solaire rapproche la Serbie et la Croatie

euronews_icons_loading
L'énergie solaire rapproche la Serbie et la Croatie
Taille du texte Aa Aa

L'école maternelle Maslacak de la ville de Belišće en Croatie se prépare à passer l'hiver bien au chaud.

Depuis peu, le bâtiment est chauffé grâce à des panneaux solaires installés dans le cadre d'un projet européen appelé R-Sol-E.

Zdenko Glasovac, le directeur de l'école, en voit déjà les effets. "Cela fait un an que nous avons ces panneaux solaires et nous enregistrons depuis janvier, une baisse de nos factures de consommation d'électricité, de gaz et d'eau," se félicite-t-il.

En Croatie, le projet a consisté à équiper en panneaux solaires, cinq édifices publics de Belišće et de la ville voisine de Gorjani. Ces installations produisent au total, 200.000 kilowatts d'énergie renouvelable par an.

"Il y a toujours des points communs entre nous"

La ville de Novi Sad en Serbie participe à ce même projet. Les trois municipalités impliquées travaillent ensemble en échangeant de l'expérience. Un projet qui plus largement, incite au rapprochement entre la Croatie et la Serbie, autrefois ennemies.

"Qu'il s'agisse du domaine des énergies renouvelables, de la protection de l'environnement ou encore de l'amélioration de notre offre touristique, il y a toujours des points communs entre nous," estime Ljerka Vuckovic, responsable du projet R-Sol-E côté croate. "Je crois que ces programmes Interreg sur la coopération transfrontalière nous aident à avoir des sujets en commun qui nous permettent de jeter des ponts entre nous pour ne plus regarder le passé, mais aller vers l'avenir," affirme-t-elle.

Montant total de ce projet mené dans le cadre d'Interreg IPA CBC Croatie - Serbie pour la période 2014-2020 : plus d'un million d'euros dont environ 850.000 euros provenant de la politique de cohésion de l'Union européenne.

Économies d'énergie

R-Sol-E a permis aux trois villes, d'économiser au total, plus de 60% d'énergie et environ 30.000 euros par an.

Dans la localité serbe de Novi Sad, ce projet a permis de cartographier le réseau d'éclairage public, d'avoir une meilleure connaissance de son fonctionnement et de le rendre plus performant, notamment en dotant des lampadaires de panneaux solaires. Ce qui a permis à la mairie, de faire une économie de 80% sur ce poste.

"La municipalité de Novi Sad a installé 100 lampadaires performants en énergie dans les différents quartiers de la ville," précise Zorica Ninic Stupar, responsable du projet R-Sol-E côté serbe, "mais aussi dans ses environs, dans des endroits qui étaient impossibles à raccorder au réseau général d'éclairage."

Le projet s'est inspiré de l'expérience d'autres villes européennes comme Güssing et Graz en Autriche.

Des lampadaires, par exemple, disposent de capteurs de mouvement : quand il fait sombre, ils s'allument uniquement quand ils détectent la présence d'un passant.