DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nigel Farage : "Je vais manquer à beaucoup de gens"

euronews_icons_loading
Nigel Farage, Eurodéputé britannique
Nigel Farage, Eurodéputé britannique   -  
Tous droits réservés
Euronews
Taille du texte Aa Aa

Ces interventions provoquaient des tollés au Parlement européen . Aujourd'hui, l'heure est venue pour l'Eurodéputé britannique Nigel Farage, le grand défenseur du Brexit, de plier bagage.

Mais le fait-il sans regrets ? Pas tout à fait. "Le drame va me manquer, le théatre va me manquer, je vais regretter de ne plus être le vilain pantomine." affirme Nigel Farage à Euronews, avant d'ajouter que politiquement, il ne peut pas être plus heureux.

  • Nigel Farage et ses polémiques

Pendant plus de vingt ans, il a été l'un des parlementaires européens les plus connus, mais aussi l'un des plus polémiques.

En 2005, il fait sortir de ses gonds Tony Blair, alors Premier ministre. Ce dernier lui dit ouvertement qu'il ne représente pas l'intérêt des Britanniques au Parlement européen.

En 2017, il est ouvertement qualifié de menteur, alors qu'il jure que le Parlement européen peut le jeter dehors s'il a tort. Mais selon lui, l'ambiance a changé au sein du Parlement européen.

  • Des Européens résignés ?

"Après le référendum, l'hostilité était extraordinaire ici. Les gens me criaient dessus dans les couloirs, menaçaient de me frapper. C'était vraiment méchant." estime l'Eurodéputé.

"Mais cette semaine, on s'attend à ce que le Royaume-Uni parte, qu'il n'y ait pas de second référendum. Certains ont dit : "eh bien, bonne chance avec le Brexit", d'autres : "vous reviendrez parce que ça ne marchera pas". Mais beaucoup m'ont dit : "cet endroit sera très ennuyeux sans vous". Je pense donc que je vais manquer à beaucoup de gens."

  • Pour quel impact ?

Ce qui est certain, c'est que le Brexit aura un impact sur l'Union européenne. Et Nigel Farage espère qu'il sera important.

"J'espère vraiment que le Brexit transformera complètement le projet européen, que nous pourrons changer l'Union européenne, en nous éloignant du modèle centralisé, de la Commission européenne, vers une structure compétitive en Europe. __Et vous savez quoi ? J'aimerais que le Royaume-Uni y participe pleinement. "

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.