DERNIERE MINUTE
euronews_icons_loading
La Russie restaure les chars T-34 soviétiques récupérés au Laos

Trente chars soviétiques d'un type devenu légendaire pendant la Seconde Guerre mondiale sont en train d'être restaurés en Russie après avoir effectué un voyage tropical épique depuis l'État du Laos, en Asie du Sud-Est.

Certains des 30 chars T-34 étaient encore utilisés par les forces armées de l'État communiste lorsque la Russie a pris conscience de leur existence et que le ministre de la défense Sergueï Choïgou a accepté leur remise lors de sa visite au Laos l'année dernière.

Plus de 200 ingénieurs et mécaniciens travaillent actuellement sur les chars peints en kaki dans une usine de réparation spécialisée située juste à l'extérieur de la ville de Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest du pays.

Ils seront entièrement restaurés d'ici la fin du mois de mars, et le 9 mai, ils traverseront la Place Rouge lors d'un défilé militaire spécial pour marquer les 75 ans de la victoire des Alliés sur les nazis, sous le regard des dirigeants mondiaux, dont le président français Emmanuel Macron.

Les chars envoyés du Laos ont été construits dans les années 1950 dans le bloc soviétique de Tchécoslovaquie.

Le Laos les aurait acquis en 1987 auprès de son allié communiste, le Vietnam, où ils ont été utilisés dans la guerre avec les États-Unis.

Les chars T-34, puissants et manœuvrables, étaient un cheval de labour soviétique et particulièrement importants pour leur rôle dans la Seconde Guerre mondiale, avec plus de 58 000 exemplaires construits entre 1940 et 1946, et considérés comme essentiels dans la défaite militaire de l'URSS contre l'Allemagne nazie.

Aujourd'hui, ils sont rares en Russie, car beaucoup d'entre eux ont été remodelés après la Seconde Guerre mondiale ou mis au rebut.

C'est pourquoi la Russie a décidé de les transporter par mer jusqu'à la ville de Vladivostok, située à l'extrême est du pays, puis de traverser la Russie en train.

À leur arrivée, "leur état technique était vraiment lamentable" et les ouvriers y ont même trouvé des nids d'oiseaux, a déclaré Roman Tchepurnov, directeur de l'usine de réparation de chars n° 61, qui fait partie du groupe Uralvagonzavod qui fabrique des chars et des véhicules blindés.

Plus de No Comment