DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : près de 800 morts en 24h en Italie, de nouvelles mesures restrictives sont prises

euronews_icons_loading
Coronavirus : près de 800 morts en 24h en Italie, de nouvelles mesures restrictives sont prises
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Alors que le bilan s'alourdit en Italie, le gouvernement a pris la décision de mettre à l'arrêt "toute activité productive qui n'est pas indispensable pour garantir des biens et services essentiels."

Près de 800 morts en 24h : c'est le dernier triste bilan lié au coronavirus en Italie. Le pays continue d'être ravagé par la pandémie avec en tout près de 5000 morts recensés pour plus de 53 000 cas. 6 000 personnes ont en revanche guéri.

Dans ce supermarché de Rome, les gestes barrières sont devenus routiniers. Les commerces alimentaires restent parmi les derniers encore ouverts avec les pharmacies.

Près de deux semaines après le début du confinement, le gouvernement italien a décidé de pousser le curseur des restrictions encore plus haut.

"Le gouvernement a pris la décision de mettre à l'arrêt toute activité productive sur tout le territoire qui n'est pas indispensable, cruciale, pour garantir des biens et services essentiels", a annoncé samedi soir Giuseppe Conte, chef du gouvernement italien.

Il a néanmoins assuré que les épiceries et les pharmacies resteront ouvertes, sans détailler la liste des activités "indispensables".

"Nous allons ralentir le moteur productif du pays mais nous n'allons pas l'arrêter"
Giuseppe Conte
Président du Conseil italien

Nouvelles mesures en Lombardie

Face à une situation dramatique, les médias italiens rapportent que la Lombardie, qui concentre plus de la moitié des décès, a décidé de mettre en place de nouvelles mesures restrictives.

Elles prévoient notamment l'arrêt des chantiers de construction et des activités artisanales sans lien avec les filières essentielles ou l'interdiction de faire du sport en extérieur, même seul.

Les marchés hebdomadaires découverts seront également fermés et dans les pharmacies ou les supermarchés, les clients seront soumis à un contrôle de la température.

"Le moment est arrivé de s'arrêter, mais de le faire vraiment", avaient auparavant écrit à Giuseppe Conte le maire de Bergame Giorgio Gori et le président de la province Gianfranco Gafforelli, selon qui la situation "prend désormais des airs de tragédie".

A Brescia, secteur le plus touché avec Bergame, Sergio Cattaneo, chef du service de cardio-réanimation du principal hôpital de la ville, prévient qu'"il n'y a plus de place de thérapie intensive en Lombardie".

"La situation est grave. Dans les prochains jours, elle sera dramatique", prévient également l'ordre des médecins du Piémont, la région de Turin, où le bilan grimpe rapidement (238 morts).

Selon les derniers chiffres de l'Institut supérieur de la santé (ISS), l'âge moyen des morts est de 78 ans et demi, seul 1,1% a moins de 50 ans et près de 99% souffraient d'au moins une autre pathologie, insuffisance cardiaque, diabète et insuffisance rénale chronique notamment.