DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Santiago Calatrava : la ville de Dubaï appartient à 100% à notre époque

euronews_icons_loading
Santiago Calatrava : la ville de Dubaï appartient à 100% à notre époque
Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai Tourism
Taille du texte Aa Aa

Notre journaliste Jane Witherspoon s'est entretenue avec le célèbre architecte Santiago Calatrava, à l'origine de la Turning Torso Tower de Malmö en Suède et concepteur de la plus grande tour du monde actuellement en construction, la Dubaï Creek Tower.

Jane Witherspoon, Euronews : Pouvez-vous commencer par me dire pourquoi avoir choisir le métier d'architecte ?

Santiago Calatrava : Après le collège, je voulais entrer dans une école d'art. Je me souviens d'une visite à Notre Dame. Je me souviens qu'il était environ 11h00 et que la lumière entrait par l'une des rosaces, pleine de couleurs, pleine de lumière et j'ai ouvert les yeux sur le fait que l'architecture est aussi un art. En effet, j'étudie toujours l'architecture, en la regardant comme si c'était un art. J'étudie aussi le génie civil parce que je voulais en savoir plus sur le matériau, la matérialité de l'architecture, sur les lois de la construction, sur les règles de la statique et sur tous les aspects mathématiques que vous voyez de la construction en soi comme un processus et aussi comme un résultat. Mais finalement c'est l'idée que l'architecture est un art qui m'a ému dès le premier jour.

Jane Witherspoon, Euronews : Votre style a été décrit comme du «néo-futurisme», comment le décririez-vous ?

Santiago Calatrava : En réalité, je ne sais pas si j'ai un style, mais si j'en ai un, c'est le style de mon époque, bien sûr en regardant toujours vers l'avant, en réfléchissant toujours pour savoir comment mieux faire, comment notre vie peut s'améliorer, comment nos bâtiments peuvent être plus audacieux ou plus beaux ou plus adéquats pour les gens. Et cela les projette finalement dans l'avenir parce que je crois que l'avenir sera, du moins, j'espère qu'il sera aussi bon que notre époque actuelle.

Jane Witherspoon, Euronews : Vous êtes nés à Valence en Espagne, comment votre ville natale a-t-elle influencé votre style au fil des ans ?

Santiago Calatrava : C'était un bon endroit pour grandir car la ville fait face à la Méditerranée. C'était une ville ouverte sur le monde parce que la mer était là et traditionnellement aussi une ville très ouverte et aussi avec beaucoup de monuments merveilleux.

Jane Witherspoon, Euronews : Qu'est ce qui vous excite le plus dans l'architecture ?

Santiago Calatrava : J'ai toujours été, depuis le début, très lié à l'invention et au projet lui-même. Je dessine beaucoup. Je fais beaucoup de croquis et heureusement, j'ai des gens autour de moi qui prennent ces choses et les transforment en projets réels et ensuite ils transforment ces choses en constructions réelles. Donc, l'architecture est une profession dans laquelle vous avez besoin de beaucoup de bonnes personnes autour de vous.

Jane Witherspoon, Euronews : Vous êtes considéré comme un architecte star, mais vous êtes également entourés de talents.

Santiago Calatrava : Je pense que c'est un qualificatif qui s'applique plus à d'autres disciplines. L'architecture, comme je l'ai dit, est un travail modeste. Ce n'est pas quelque chose d'extravagant. C'est une question d'heures de travail et même parfois de jours, de semaines, de mois, voire d'années de travail.

Jane Witherspoon, Euronews : Nous sommes ici à Dubaï. Pourquoi Dubaï se distingue-t-elle en tant que ville d'architecture ?

Santiago Calatrava : Je me souviens très bien de mon enthousiasme quand j'avais 14 ans, 20 ans, 25, 30 ans. Vous voyez la quantité d'énergie que vous avez, la quantité de rêves que vous avez, la quantité d'espoir aussi. Vous pouvez également projeter cela dans des endroits et Dubaï est certainement un endroit énorme et enthousiaste plein d'énergies. C'est l'une des villes qui représente aujourd'hui notre temps, presque à 100% parce qu'elle appartient presque à 100% à notre époque, presque à notre génération.

Jane Witherspoon, Euronews : Vous construisez actuellement la Dubai Creek Tower, qui sera la plus haute tour du monde, quelle a été votre source d'inspiration pour cela?

Santiago Calatrava : L'idée de la Dubaï Creek Tower était une fleur avec une longue tige en acier, puis en haut vous verrez comme une tulipe. Pourquoi une fleur ? Parce que je me disais, quelle belle image pour quelque chose qui doit être très simple, très concentrée en elle-même et donner un sentiment de beauté à tout le monde.

Jane Witherspoon, Euronews : Vous avez construit la Turning Torso Tower à Malmö, en Suède; la tour Montjuic communication à Barcelone, vous êtes également responsable du pavillon des Émirats arabes unis pour l'Expo 2020. Parlez-moi de l'inspiration.

Santiago Calatrava : Vous voyez, j'ai essayé d'apporter quelque chose qui à mes yeux représente l'essence ou une partie de l'essence de leur culture. J'ai donc pris un oiseau. J'ai pris un faucon aux ailes ouvertes, et de l'idée du faucon a fusionné l'idée du pavillon.

Jane Witherspoon, Euronews : Comment notre époque moderne repousse-t-elle les frontières de l'architecture ?

Santiago Calatrava : Aujourd'hui, des matériaux comme par exemple la fibre de carbone peuvent changer la manière de concevoir l'architecture et peuvent offrir de nouvelles formes et repousser les limites. D'autres choses qui repoussent les limites sont par exemple les nouvelles technologies liées à l'énergie, notre compréhension de l'énergie aujourd'hui est très différente de celle d'il y a trente ans. Aujourd'hui, nous nous préoccupons beaucoup plus de la durabilité.

Jane Witherspoon, Euronews : Votre musée de Demain à Rio a été décrit comme l'un des meilleurs exemples d'architecture durable. Pourquoi est-ce si important ?

Santiago Calatrava : Nous devons prendre soin de la Terre parce qu'elle est la seule chose que nous ayons, n'est-ce pas ? Nous devons essayer de transmettre cette Terre à la prochaine génération dans un état au moins aussi bon que lorsque nous l'avons reçue.

Jane Witherspoon, Euronews : Que vous réserve l'avenir ?

Santiago Calatrava : Ce que j'ai fait, c'est de me promettre à moi-même que je travaillerai jusqu'à la fin de ma vie si je peux me le permettre. J'aime le travail que j'ai fait jusqu'à présent, cela m'a procuré beaucoup de satisfaction, et cela me permet de rester enthousiaste et plein d'espoir. J'aime aussi les gens autour de moi, les gens avec qui je travaille et je crois que si je le peux, je travaillerai jusqu'au dernier jour de ma vie.