DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Mariya Gabriel (UE) : "Les efforts sur la connectivité et l'innovation doivent se poursuivre"

euronews_icons_loading
euronews
Taille du texte Aa Aa

Dans quelle mesure la pandémie de coronavirus va-t-elle redessiner la recherche, l'innovation et l'enseignement dans l'Europe de demain ? Nous avons recueilli le point de vue de la Commissaire européenne en charge de l'innovation, de la recherche, de la culture et de la jeunesse Mariya Gabriel.

"Grâce aux nouvelles technologies, nous avons pu voir que nous sommes capables de nous réorganiser très rapidement, d'assurer la continuité des processus, par exemple dans l'éducation, mais aussi de faciliter la mise en réseau, le partage de données et d'avancer plus rapidement dans le domaine de la recherche et de l'innovation," constate la Commissaire.

"Plan d'action de l'éducation numérique"

"Maintenant, cela ne doit pas nous faire oublier des défis qu'il nous reste à relever : nous devons continuer à travailler sur la connectivité," dit-elle avant d'ajouter : "Il y a encore notamment les zones rurales, éloignées où la connectivité n'est pas optimale."

"Nous devons continuer à travailler sur les équipements car quand on parle de tablettes pour les enfants, aujourd'hui encore dans les États membres, il y en a qui n'ont pas cette possibilité-là," souligne Mariya Gabriel. "Tout ceci sera pris en considération dans le prochain plan d'action de l'éducation numérique," affirme-t-elle.

"Ce que nous voulons, c'est avoir un plan d'action qui soit inclusif et qui montre que d'une part, nous avons besoin d'équipements et de connectivité, mais d'autre part, que les compétences numériques sont autant pour les élèves et étudiants que pour les enseignants et professeurs," souligne-t-elle.

"Continuer à travailler sur l'intelligence artificielle"

_"Dans le domaine de la recherche et de l'innovation évidemment, nous allons continuer dans le cadre d'Horizon Europe à travailler sur cela,"_ poursuit la Commissaire européenne.

"Plus que jamais nous avons besoin de continuer à travailler sur l'intelligence artificielle par exemple : il faut une approche centrée sur l'humain, où il y a des principes éthiques et où nous restons fidèles à nos principes fondamentaux," estime-t-elle.

"Mais en même temps, cette intelligence artificielle doit nous permettre d'avancer dans ce qu'on appelle la médecine de précision, dans l'agriculture de précision... Tout ceci est également prévu dans le cadre du prochain programme Horizon Europe," fait-elle enfin remarquer.