DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Croatie, des législatives incertaines à l'image d'un paysage politique fragmenté

euronews_icons_loading
En Croatie, des législatives incertaines à l'image d'un paysage politique fragmenté
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

La Croatie, dernière à avoir rejoint l'Union européenne, se rend dimanche aux urnes pour les législatives. Dans ce pays d'un peu plus de quatre millions d'habitants, seulement 110 personnes sont décédées du coronavirus, mais la hausse des cas positifs ces dernières semaines a replacé l'épidémie au cœur de la campagne.

« En pleine campagne, les cas de contamination de coronavirus ont augmenté, explique le politologue Kresimir Macan. Et comme cela s'est passé pendant la campagne, l'opposition s'en est servi pour attaquer les conservateurs au pouvoir, les accusant d'instrumentaliser la menace sanitaire pour promouvoir leur agenda politique. »

Les conservateurs et la coalition de gauche au coude-à-coude

Le HDZ et le Premier ministre sortant, Andrej Plenkovic, disent être les mieux à même de gérer l'après-Covid et d'affronter la crise économique dans un pays très dépendant du tourisme.

Mais pour espérer gouverner à nouveau, ils auront certainement besoin de s'allier au nouveau parti nationaliste, fondé par un chanteur de folk.

D'après les sondages, les conservateurs et la coalition de centre-gauche conduite par les sociaux-démocrates et baptisée _Restart _sont au coude-à-coude avec un quart des intentions de vote, bien loin de la majorité.

Autre thème de campagne, le séisme de mars dernier qui a laissé des traces dans la capitale. Le principal parti d'opposition, le SDP, y a laissé des plumes.

« Le séisme a donné de la visibilité au parti de gauche Mozemo, qui lorgne sur l'électorat du SDP, commente Kresimir Macan_. Il s'est plaint du fait que les logements n'aient pas encore été restaurés, qu'il n'y ait pas d'argent pour les restaurer, et la stratégie s'est avérée payante. »_

Pour lui, peu de chances que le nouveau gouvernement prenne forme juste après le scrutin :

« Nous connaîtrons la répartition des sièges, mais nous n'aurons pas le fin mot de l'histoire. Il y aura encore beaucoup de questions en suspens dimanche. »