DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Croatie en route vers une coalition, après une victoire trop courte du HDZ

euronews_icons_loading
La Croatie en route vers une coalition, après une victoire trop courte du HDZ
Tous droits réservés  AP/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le chef de l'opposition croate, Davor Bernardic, a annoncé sa démission après la défaite de son parti social démocrate. La formation de gauche n'obtient que 41 sièges, 15 de moins que lors de la précédente législature.

Le HDZ, le parti conservateur, avec 37% des voix, arrive en tête mais devra former une coalition avec des petits groupes d'extrême droite.

Toute la Croatie parle du chiffre 66. C'est le nombre de sièges qu'ont gagné les conservateurs au parlement. Mais le chiffre 34 est également important, 34% c'est la participation. Les jours derniers nous avons interviewé des dizaines de personnes et elles disaient toutes qu'elle s'en fichent de la politique, qu'elles ne votent pas, parce que tous les partis proposent la même chose. Andrej Plenkovic va devoir faire face à de nombreuses difficultés, avec une faible légitimité, ce qui ne sera pas facile."

"Le problème c'est surtout la corruption, dit Manuela, étudiante_. L'argent ne va pas au bon endroit. Rien ne s'améliore au contraire ça s'effondre."_

"Les embauches c'est par piston, dénonce Lovro, un architecte_. La criminalité a une place énorme en politique. "_

Une coalition gauche-vert a créé la surprise en gagnant 7 sièges au parlement, dans le sillage de la vague verte qui a déferlé sur d'autres élections en Europe. Mais ces législatives ont été aussi marquées par une résurgence des cas de covid-19. Une difficulté qui s'ajoute à la formation attendue de la coalition;

Vuk Vukovic, analyste politique, se demande si le pays va avoir une seconde élection ou un gouvernement minoritaire instable. "Ce qui sera un problème avec la pandémie et ses effets désastreux sur l'économie du pays", dit-il.

Le HDZ fort d'une bonne gestion de la pandémie avait avancé les élections prévues en septembre pour profiter de sa popularité actuelle.