EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un tribunal d'Istanbul condamne un journaliste germano-turc à près de trois ans de prison

Archives : le journaliste germano-turc Deniz Yucel, à Istanbul le 16 février 2018
Archives : le journaliste germano-turc Deniz Yucel, à Istanbul le 16 février 2018 Tous droits réservés Can Erok/DHA-Depo Photos via AP
Tous droits réservés Can Erok/DHA-Depo Photos via AP
Par euronews avec Agences
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deniz Yücel, journaliste au quotidien allemand Die Welt, a été reconnu coupable de "propagande terroriste" pour le compte du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

PUBLICITÉ

Un tribunal d'Istanbul a condamné par contumace un journaliste germano-turc à près de trois ans de prison à l'issue d'un procès qui a suscité des tensions diplomatiques entre la Turquie et l'Allemagne.

Deniz Yücel, journaliste au quotidien allemand Die Welt, a été reconnu coupable de "propagande terroriste" pour le compte du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK)…

Il dénonce une "sentence illégale" et a indiqué qu'il allait faire appel.

"Ce jugement est totalement illégal, il est inconstitutionnel et ignore celui rendu par la cour constitutionnelle, qui non seulement s’était prononcée sur mon incarcération l’année dernière mais avait également examiné tous mes articles et définit exactement pourquoi chacun d’entre eux était couvert par la liberté de la presse"a-t-il dit.

Agé de 46 ans, Deniz Yücel avait été incarcéré en Turquie pendant un an avant d'être libéré et de quitter le territoire turc pour l'Allemagne en février 2018.

Jeudi, le tribunal d’Istanbul l’a en revanche acquitté des chefs d'accusation d'"incitation à la haine" et de "propagande" pour le compte du PKK et de son chef, Fethullah Gülen, bête noire du président Recep Tayyip Erdogan.

Le tribunal a cependant décidé de porter plainte contre Deniz Yücel pour "insulte au chef de l'Etat" et "dénigrement de l'Etat et des institutions" après qu’il a qualifié de "putschiste" le président Turc.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux

Turquie : au moins vingt-deux migrants sont morts après le naufrage de leur embarcation