DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE discutent des sanctions contre le Bélarus

euronews_icons_loading
Les ministres des Affaires étrangères de l'UE discutent des sanctions contre le Bélarus
Tous droits réservés  Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se sont réunis ce jeudi à Berlin pour discuter de nombreuses questions, notamment des sanctions contre le Bélarus en raison des troubles dans le pays.

Au Bélarus, l'opposition conteste la victoire écrasante du président Alexandre Loukachenko et mène des protestations depuis plusieurs semaines. L'Union européenne reconnait qu'il faut prendre des mesures à l'encontre du Bélarus, mais les modalités n'ont pas encore été fixées.

De son côté, la Lituanie fait pression pour obtenir une réponse ferme.

"Nous devons donc prendre des sanctions et la portée des sanctions devrait être également substantielle. Je comparerais à ce qui s'est passé après les élections de 2010 et c'est certainement le moins que nous puissions faire", a déclaréLinas Linkevicius, ministre lituanien des Affaires étrangères.

Il y a dix ans, l’Union européenne avait infligé des sanctions à 170 personnes dont Alexandre Loukachenko. Elle condamnait la violente répression des manifestations qui avaient suivi le résultat des élections de 2010.

L'Union européenne est divisée sur la question de savoir jusqu'où aller avec ces sanctions, mais le bloc est uni dans son soutien au peuple bélarusse.

"Il est important que nous répondions aux responsables du régime bélarusse qui ont été impliqués et engagés dans la violence contre les manifestants et dans la falsification des élections. Je tiens également à dire que si nous constatons qu'il n'y a pas de lutte géopolitique, il s'agit cependant d'une lutte de personnes pacifiques et nous devons les aider", a affirméIvan Korcok, ministre slovaque des Affaires étrangères.

La fin de la réunion est prévue vendredi, mais aucune décision formelle n'est attendue d'ici là. La question des sanctions devrait donc perdurer.