DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le point sur la situation au Bélarus : aide militaire de Poutine, sanctions de l'UE, arrestations...

euronews_icons_loading
Le point sur la situation au Bélarus : aide militaire de Poutine, sanctions de l'UE, arrestations...
Tous droits réservés  Sergei Grits/Dasha Sapranetskaya
Taille du texte Aa Aa

Des centaines de policiers anti-émeutes ont de nouveau dispersé une manifestation sur la place principale de la capitale du Bélarus.

Environ 180 personnes ont été arrêtées selon le centre des droits de l'homme Viasna. Des dizaines de journalistes, dont ceux de Radio Free Europe, l'Associated Press, Reuters, Sputnik, RIA Novosti, et de l'agence de presse russe Tass ont également été arrêtés.

La police a fait savoir qu'après vérification, elle avait relâché tous ceux appartenant à des médias enregistrés, de même que les journalistes étrangers accrédités auprès du ministère bélarusse des Affaires étrangères.

La répression menée d'une main de fer par le président Alexandre Loukachenko semble avoir impacté la contestation. Ce jeudi, seulement un millier de manifestants avaient tenté de se rassembler sur la place de l'Indépendance de Minsk.

Il faut dire que le gouvernement a maintenu la pression sur l'opposition en menaçant et en emprisonnant de manière sélective ses dirigeants.

Il faut dire aussi que le président russe Vladimir Poutine vient de promettre un soutien militaire au président du Bélarus, même s'il dit appeler à une résolution pacifique des troubles liés aux manifestations contestant les résultats de la présidentielle du 9 août.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé la Russie à ne pas "s'immiscer" au Bélarus. "Personne, la Russie non plus, ne devrait s'immiscer là-bas", a souligné Stoltenberg dans un entretien au site internet du journal allemand Bild : "le Bélarus est un Etat souverain et indépendant".

Les diplomaties de l'Union européenne se sont également mises d'accord sur une liste de 20 responsables du Bélarus à sanctionner. Mais pour l'heure, rien ne semble faire bouger les lignes du président Loukachenko en poste depuis 1994, un homme souvent considéré comme le dernier dictateur d'Europe.