DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Autriche, la fermeture de mosquées radicales

euronews_icons_loading
En Autriche, la fermeture de mosquées radicales
Tous droits réservés  Matthias Schrader/AP
Taille du texte Aa Aa

Les autorités autrichiennes décident de fermer plusieurs mosquées, après l'attaque terroriste qui a frappé le centre de Vienne ce lundi.

Deux lieux culte sont visés, jugés comme des creusets de radicalisation que fréquentait l'assaillant depuis sa sortie de prison, et qui l'auraient renforcé dans ses convictions, selon le ministère de l'intérieur.

Autre mesure annoncée : la suspension du chef de la lutte antiterroriste de la capitale autrichienne, après la révélation d'une série de manquements.

Des failles ont été décelées au sujet du suivi du jeune homme, un sympathisant du groupe Etat islamique (EI), originaires de Macédoine du Nord, déjà connu de la police et de la justice, condamné pour avoir tenté de rejoindre les rangs terroriste en Syrie. L'enquête a révélé qu'il avait été en contact avec des individus placés sous surveillance par l'antiterrorisme, sans qu'aucun acte n'ait été engagé.

Le gouvernement avait déjà admis avoir échoué à repérer la dangerosité de l'assaillant, malgré une alerte.

En juillet, le renseignement slovaque avait informé Vienne de sa tentative de se procurer des munitions.

Kujtim Fejzulai a ouvert le feu lundi soir en centre-ville juste avant la mise en place du confinement, tuant 4 personnes et faisant une quinzaine de blessés, avant d'être abattu par la police.

La police a procédé à l'interpellation de 16 hommes, dont une dizaine sont toujours entendues par les forces de l'ordre, sous le régime de la garde à vue. Elles sont soupçonnées d'avoir apporté leur soutien logistique à l'auteur des attaques, dans les heures ou les jours qui ont précédé son geste.