DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Plastique à recycler, santé à révolutionner et achats de Noël à adapter

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Taille du texte Aa Aa

La pollution plastique est un fléau pour notre planète, du plus profond des océans jusqu'au sommet des montagnes. Mais pourquoi ne pas transformer ces déchets en quelque chose d'utile et de rentable ? C'est ce qu'ont fait quatre ingénieurs kényans.

Il y a trois ans, le Kenya a imposé l'une des plus strictes interdictions au monde concernant l'utilisation, la fabrication et l'importation de plastique.

Dans ce pays comme ailleurs, ses résidus sont partout comme l'explique Amos Wemanya, militant écologiste chez Greenpeace Africa. "__Greenpeace a réalisé une étude à travers le monde en 2018 sur la présence de microplastiques dans les différents sels qui sont consommés et elle a montré qu'on en trouvait des quantités significatives dans les sels issus des mers, lacs et roches," dit-il. "Donc les microplastiques sont dans notre nourriture, dans l'air que nous respirons, dans notre eau et ils causent des problèmes de santé," souligne-t-il.

Des pavés agréables et respectueux de l'environnement

Une entreprise de fabrication installée à Nairobi espère contribuer à endiguer le flux de déchets plastiques en les transformant en pavés respectueux de l'environnement.

"Rien qu'à Nairobi, on génère environ 500 tonnes de déchets plastiques par jour et seule une petite partie est recyclée, le reste se retrouve dans l'environnement et les décharges et o__n y a vu une opportunité parce que ces résidus représentent une ressource," raconte Nzambi Matee, cofondatrice de Gjenge Makers.

"On a commencé à les collecter pour les vendre à des entreprises de recyclage en 2017 ; ensuite, on a réalisé trois à six mois plus tard qu'on collectait plus que ce que les recycleurs pouvaient absorber," poursuit-elle. "Donc on a décidé de lancer une autre piste : au lieu que le plastique aille en décharge, on l'intercepte au passage et on s'est demandé comment on pouvait avec ces résidus, apporter une valeur ajoutée, quel produit fabriquer avec et mettre sur le marché, c'est comme ça qu'on a démarré la fabrication des pavés," précise-t-elle.

Le plastique est broyé en granulés qui sont ensuite triés selon leur couleur, mélangés avec du sable et un pigment, puis moulés et pressés. Des pavés ont été installés dans l'institut de formation d'Ann Muthoni, coordinatrice de programme pour Mukuru Slums Development Projects.

"Avant, on avait un chemin de grosses pierres, mais la plupart des apprentis se plaignaient du fait que cela abîmait leurs chaussures ; les pavés Gjenge eux sont plus agréables : quand on marche dessus, on a l'impression de marcher sur du caoutchouc parce que je sais que ces pavés contiennent du plastique," fait-elle remarquer. "Ils sont respectueux de l'environnement, beaux - parce qu'on peut avoir différentes couleurs - et faciles à nettoyer, à balayer : ils ont vraiment transformé notre institution," assure-t-elle.

Gjenge Makers qui peut produire 1500 pavés par jour pour un prix compris entre 8 et 10 euros le mètre carré ambitionne de tenir, dans le recyclage du plastique au Kenya, le haut du pavé.

euronews
Les pavés en plastique recyclé de Gjenge Makerseuronews

Génomique et médecine fondée sur la performance

L'ingénierie génétique et l'édition génomique pourraient valoir des milliards et des milliards de dollars dans l'avenir avec les principaux vaccins contre la Covid-19 qui s'appuient sur cette technologie.

Au dernier salon annuel Gulf Information Technology Exhibition de Dubaï, nous avons demandé à plusieurs experts du sujet ce qu'ils considèrent comme la prochaine grande révolution.

"La génomique," répond le professeur Zeev Rotstein, directeur général de l'organisation médicale Hadassah. "Actuellement, toute la production des vaccins contre la Covid-19 s'appuie sur la génomique et la technique CRISPR et il y a l'utilisation d'un ARN messager par Pfizer et Moderna dans l'élaboration de leur vaccin," explique-t-il.

Dr Manal Taryam, PDG du service de soins de santé primaires à la Dubai Health Authority, indique de son côté : "Pour nous, c'est l'avenir du contrôle de nombreuses maladies, pas seulement dans le cadre de pandémies, mais aussi de maladies chroniques. Être capable de comprendre la carte génomique de la réaction d'une population à un virus ou à une bactérie est une étape très importante pour prédire l'ampleur d'une maladie ou d'une pandémie quelles qu'elles soient," assure-t-elle.

"Que nous apportera la génomique ?" ajoute-t-elle. "Non seulement elle nous fournira la base de données à partir de laquelle nous pourrons construire notre plan de gestion, mais elle nous aidera à aller plus vite vers la médecine personnalisée : à ce moment-là, on ne traitera pas la maladie, mais la personne affectée par cette maladie," précise-t-elle.

Assaf Barnea, PDG de Sanara Ventures, renchérit : "Pour la prochaine pandémie, nous devrons être un peu mieux préparés. Je pense que la piste de l'innovation adaptationnelle sera explorée tout comme évidemment, l'intelligence artificielle et la santé numérique. Il y a une tendance forte aujourd'hui d'aller vers la médecine fondée sur la performance, sur la valeur et non plus sur une rétribution pour un service rendu," explique-t-il.

"Il se peut que toutes ces évolutions créent un écosystème où les nouvelles réglementations obligeront à adopter de nouvelles technologies et la médecine fondée sur la valeur que nous voyons apparaître, où les hôpitaux et les médecins seront obligés d'adopter de nouvelles technologies et où nous en tant que marché, qu'investisseurs, nous devrons adopter de nouveaux business models : cette crise est une opportunité pour mieux s'approprier les innovations médicales," estime-t-il.

euronews
Panel d'experts au dernier GITEX de Dubaïeuronews

Aux petits soins des clients de Noël à Londres

Alors que le tiers des achats de Noël devrait se faire en ligne cette année au Royaume-Uni, les détaillants ont adapté leur business model pour répondre aux nécessités de la pandémie. Mais pour ceux qui se rendent en magasin, certains commerçants proposent du personal shopping.

D'après le Centre for Retail Research, internet concentrera 33% du total des ventes au détail au Royaume-Uni ce Noël. Et même la plus ancienne galerie commerçante d'Angleterre, la luxueuse Burlington Arcade de Londres a renforcé ses services numériques.

"Tous nos commerçants se sont adaptés à cette année délicate qu'a été 2020," fait remarquer Mark Lord, collaborateur de la Burlington Arcade. "Nous proposons tous le service click-and-collect, on peut faire des recherches sur internet, regarder les produits disponibles dans l'Arcade :nous nous sommes très bien intégrés à ce nouveau monde virtuel de la vente au détail," assure-t-il. "Vous pouvez commander en ligne, puis vos produits peuvent être livrés à votre hôtel, à votre adresse à Londres ou expédiés dans votre pays de résidence," explique-t-il. "Même si nous avons 201 ans, nous nous sommes adaptés au monde moderne," plaisante-t-il.

"Je fais plus d'achats en ligne parce que cette année," indique une Londonienne dans la galerie. "C'est un peu fou : c'est dur de savoir si les magasins sont ouverts et à quelle heure : c'est plus simple et plus fiable d'acheter en ligne," juge-t-elle.

David Silver, directeur d'une boutique de montres, estime avoir de la chance : "Pendant le confinement, l'engouement pour le shopping en ligne a été extraordinaire. Nous avions toujours eu un site internet dès la création de l'entreprise, donc nous étions bien préparés et toute la collection avait déjà été prise en photo, donc je n'ai pas dû travailler davantage pour cela," concède-t-il. "La demande a été très significative, nous expédions nos produits dans le monde entier," se félicite-t-il.

euronews
Personal shopping à Londres au temps du coronaviruseuronews

En dehors du confinement, un nombre limité de clients peuvent réserver une expérience de personal shopping avec privatisation d'espace et accompagnement personnalisé.

"Je crois que les gens ont besoin d'être réconfortés : même si nous avons tous expérimentés le click-and-collect et fait livrer tout et n'importe quoi devant notre porte, on a envie d'expériences dans le réel, de quelque chose qui rende le shopping un peu plus mémorable, un peu plus personnel," estime Mark Lord. "Ici, nous voulons vous faire vivre une expérience pour que dès que vous entrez dans l'arcade, vous soyez salué par mes collègues ou moi-même, les soucis de 2020 s'envolent pour un moment et vous puissiez profiter d'un Noël un peu plus normal," invite-t-il.