DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : des futurs variants plus résistants face aux vaccins actuels ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AF¨P
euronews_icons_loading
Vaccination contre le Covid-19 dans la maison de retraite Buergerheim à Tuebingen en Allemagne, le 5 février 2021
Vaccination contre le Covid-19 dans la maison de retraite Buergerheim à Tuebingen en Allemagne, le 5 février 2021   -   Tous droits réservés  Sebastian Gollnow/(c) Copyright 2021, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

Le patron de l'OMS en Europe a appelé vendredi les Européens à accélérer leur campagne de vaccination contre le Covid-19, dans un entretien à l'AFP, tandis que le laboratoire américain Johnson & Johnson demandait aux Etats-Unis d'autoriser en urgence son vaccin en une seule dose.

"Nous devons unir nos forces pour accélérer la vaccination", a appelé le directeur régional de l'organisation Hans Kluge, reconnaissant être "inquiet" sur l'impact des variants sur l'efficacité des vaccins. "Des entreprises pharmaceutiques d'habitude concurrentes doivent unir leurs efforts pour augmenter drastiquement les capacités de production, c'est de ça dont nous avons besoin", a insisté le responsable basé à Copenhague, alors que la campagne de vaccination dans l'Union européenne a connu des débuts difficiles, seuls 2,5% de la population de l'UE ayant reçu une première dose.

Variants : l'OMS s'inquiète à propos de l'efficacité des vaccins

Aux Etats-Unis, après Pfizer/BioNTech et Moderna, un troisième vaccin, celui de Johnson & Johnson, attend le feu vert de l'Agence américaine du médicament (FDA).

Ce vaccin est particulièrement attendu car il présente deux avantages non négligeables: il peut être stocké à des températures de réfrigérateur plutôt que de congélateur, et il ne s'administre qu'en une seule dose.

Johnson & Johnson s'est engagé à acheminer 100 millions de doses aux Etats-Unis avant fin juin. Selon les premiers résultats des essais cliniques qu'il a communiqués, son vaccin est efficace à 66% dans l'ensemble, et à 85% pour prévenir les formes graves de la maladie.

Mais ces résultats ont aussi soulevé une inquiétude: le remède était plus efficace aux Etats-Unis (72%) qu'en Afrique du Sud (57%), où un variant apparu dans ce pays y est devenu largement majoritaire.

Les experts y voient l'indication que de futurs variants pourraient finir par totalement contourner les défenses immunitaires développées par les vaccins actuels. "C'est la grande question. Je suis inquiet", a reconnu M. Kluge, interrogé pour savoir si les vaccins anti-Covid arrivés sur le marché depuis décembre vont rester efficaces contre les nouveaux variants.

L'Espagne limite le vaccin AstraZeneca aux moins de 55 ans

Le ministère espagnol de la Santé a annoncé vendredi qu'il limiterait l'usage du vaccin AstraZeneca/Oxford aux moins de 55 ans, après que d'autres pays européens ont indiqué appliquer des restrictions comparables.

La France, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la Suède et d'autres pays ont fixé des limites d'âge pour ce vaccin, développé par la société anglo-suédoise AstraZeneca et l'Université d'Oxford, en raison du manque d'évaluation des risques chez les populations les plus âgées.

"La commission de la santé publique, lors d'une réunion vendredi et à la suite de preuves scientifiques, a approuvé la fixation à 55 ans l'âge maximum pour la vaccination avec vaccin AstraZeneca", a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué.

La semaine dernière, l'autorité allemande des vaccins a déconseillé l'utilisation de ce vaccin pour les plus de 65 ans, jugeant qu'il n'y avait "pas assez de données" sur son efficacité dans ce groupe d'âge.

Cette décision est intervenue quelques heures après que l'organisme régulateur européen a donné à ce vaccin son feu vert pour une utilisation chez les adultes de tous âges.

Le vaccin AstraZeneca n'est que le troisième à être approuvé par l'UE après ceux développés par Pfizer/BioNTech et Moderna. Toutefois, son efficacité n'est que de 60%, contre plus de 90% pour les autres.

L'Espagne a jusqu'à présent vacciné près de 1,7 million de personnes et prévoit d'avoir couvert 70% de sa population d'ici la fin de l'été, un objectif réaffirmé mercredi par le gouvernement malgré les pénuries et les retards dans l'approvisionnement en vaccins. La ministre de la Santé Carolina Darias a déclaré mercredi que l'Espagne était "ouverte" à l'idée d'utiliser le vaccin russe Spoutnik V s'il était approuvé par l'UE.