This content is not available in your region

La Guinée en « situation d’épidémie Ebola » après sept cas confirmés, dont trois décès

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Archive : un soignant de MSF à Gueckedou, en Guinée, le 20 novembre 2014.
Archive : un soignant de MSF à Gueckedou, en Guinée, le 20 novembre 2014.   -   Tous droits réservés  Jerome Delay/AP

Le virus Ebola est de retour en Guinée , 5 ans après après la fin de la dernière épidémie. Sept cas ont été confirmés dans le sud-est du pays. Trois personnes ont perdu la vie et les 4 autres ont été hospitalisées, selon l'Agence sanitaire guinéenne.

Fin janvier, une personne malade est décédée, et a été enterrée à Gouecké, près de la frontière avec le Libéria. C'est là que d'autres personnes auraient été contaminée selon Sakoba Keïta, médecin et chef de l'Agence sanitaire guinéenne : "Certaines personnes qui ont pris part à cet enterrement ont, quelques jours après, commencé à avoir des manifestations de diarrhées, de vomissements, de saignements et de fièvre. Les premiers échantillons ont été confirmés dans la journée du 12 février." "Cette situation met la Guinée en situation d'épidémie d'Ebola", a souligné le médecin.

"Circonscrire la situation rapidement"

Tout de suite après l'annonce des autorités guinéenne, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu'elle déploierai rapidement des moyens, notamment des vaccins, pour aider le pays à contenir l'épidémie. "L'arsenal est aujourd'hui plus étendu et nous devons en tirer profit pour pouvoir circonscrire cette situation le plus rapidement possible. L'OMS est alertée à tous les niveaux, au niveau du siège et en lien avec le fabriquant (de vaccins), pour que les doses nécessaires soient mises à disposition le plus rapidement possible pour aider à cette riposte", a déclaré devant la presse le représentant à Conakry de l'agence de l'ONU. Alfred George Ki-Zerbo.

Il s'agit de la première résurgence signalée de la maladie en Afrique de l'Ouest, d'où était partie la pire épidémie de l'histoire du virus. Plus de 11 000 personnes avaient trouvé la mort entre 2013 et 2016.