DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Venizy, star de la transition énergétique

Par Claudio Rosmino
euronews_icons_loading
Smart Regions
Smart Regions   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Venizy est une petite commune avec moins de 1.000 habitants située en Bourgogne. Au cœur de l’une des régions les plus boisées de France, le maire a choisi de changer le système de chauffage des bâtiments publics en passant du mazout au bois de chauffage. Cela a permis de faire des économies et de réduire l’impact environnemental. Le nouveau système permet d’économiser plus de 50% des frais de chauffage et permet d’économiser 63 tonnes d’émissions de CO2 par an.

"C'est un monde ancien qui s'est modernisé. Avant on chauffait au bois... aujourd'hui on chauffe au bois, mais avec une technologie très, très évoluée. C'est tout simplement un autre type d'énergie, un autre type de chauffage que l'on greffe sur une installation existante, le transfert d'énergie passant du fioul au bois permet par définition une économie réelle d'exploitation, en tenant compte même des coûts d'investissement", explique Sylvain Quoirin, le maire de Venizy.

La transition vers une source d’énergie plus propre et renouvelable coûte autour de 277.000 euros, une somme en partie financée par la politique de cohésion de l’Union européenne. Le bois déchiqueté qui sert à alimenter le système de chaudière vient des 800 hectares de forêt communale sous le contrôle des organismes environnementaux. Ce sont principalement des taillis, des arbres morts ou des arbres abattus pour des raisons de sécurité comme ici tout près d’une route départementale.

"Les anciennes installations toujours en place"

"Les besoins de la commune en bois déchiqueté, annuellement, sont de 80 tonnes. Généralement le bois est coupé en l'hiver, et au mois de mai-juin on broie ce bois et on le stocke sous un hangar, qui sert à faire sécher le bois pour pouvoir l'utiliser. Donc, on le laisse environ trois, quatre mois à sécher sous ce hangar, et après on pourra l'utiliser directement pour la chaufferie communale", explique Thierry Bruggeman, responsable des forêts pour la municipalité de Venizy.

Pour garantir les meilleures performances énergétiques, ce combustible naturel est taillé en petite formes, de petits morceaux homogènes de bois secs. En cas de panne du dispositif de chauffage actuel, il existe une solution de secours basé sur le dispositif précédent.

"L_es anciennes installations sont toujours en place. Donc, on a rien démonté, parce que si un jour on a un problème sur la chaufferie proprement dite, on peut repartir avec les anciennes chaudières. __Les déchets que les chaudières produisent, donc les cendres, on les prend et puis on les incorpore dans du compost, et ce qui est pris à la nature revient à la nature en fin de compte_", Jean-Pierre Gallois, responsable des travaux publics à la mairie de Vénizy.

Le réseau principal fournit du chauffage à la mairie, un bâtiment voisin abritant des logements sociaux et deux écoles. Une autre installation dessert le centre culturel à la sortie du village.