DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Gand, un nouvel élan pour les mères célibataires

euronews_icons_loading
A Gand, un nouvel élan pour les mères célibataires
Tous droits réservés  JOHN THYS/AFP
Taille du texte Aa Aa

Dans le cadre d'un projet luttant contre la pauvreté infantile, la ville belge de Gand aide des mères célibataires à développer leur carrière professionnelle et faciliter leur intégration.

Mère, célibataire, et sans emploi. Une combinaison généralement synonyme de vulnérabilité. Ce n'est plus le cas dans la ville de Gand, en Belgique.

Des jeunes mamans sont formées gratuitement au métier de puéricultrice dans le cadre d'un projet social financé par l'Union européenne. Herrat, originaire du Ghana, a eu l'opportunité de commencer une vie nouvelle :

"Au début, je ne savais pas tout cela, je pensais que ça allait être facile de prendre soin des enfants mais j'ai vite réalisé que c'était beaucoup de travail", plaisante la jeune femme. "Quand vous y arrivez, que vous réussissez les examens, cela vous donne beaucoup de confiance. Aujourd'hui, j'ai confiance en moi, j'ai changé et grandi".

Ce projet offre aux crèches une main d'oeuvre supplémentaire et permet aux fils et filles des participantes, de sociabiliser avec les autres enfants. A l'issue de la formation, soit environ deux ans, il y a parfois la signature d'un contrat de travail, dans la même crèche ou ailleurs.

Favoriser le développement personnel

Comme de nombreuses mères viennent de l'étranger, elles peuvent aussi être accompagnées par le personnel, notamment dans leurs démarches administratives.

"C'est très important parce que c'est difficile de gérer toutes les démarches en néerlandais, beaucoup ne connaissent pas très bien la langue. Cela permet de faciliter leur installation, et d'établir une relation de confiance, ce qui est très importante", explique Tinker Von Craenenbroeck, la responsable d'une crèche participant au projet.

Le projet a été mis en œuvre par la ville de Gand, financé par le fonds européen de lutte contre la pauvreté infantile et géré par la fondation Roi Baudouin. L'objectif des formateurs est certes d'enseigner aux participants comment répondre aux besoins des enfants, mais aussi à prendre leur vie en main.

"Les parents amènent leurs enfants à la garderie, mais ils peuvent aussi se développer en tant qu'individu. Il ne s'agit pas seulement de compétences professionnelles, mais aussi de compétences personnelles et c'est dans ces deux domaines que le formateur travaille", résume Bjorn Martens, qui conduit le projet pour le compte de la ville de Gand, selon qui "chaque session avec le formateur commence par cette question principale : comment allez-vous ?"

Le projet s'étend sur 32 crèches de la ville qui accueillent au total environ 1200 enfants. Jusqu'à présent, 14 mères ont suivi la formation qui se terminera par des examens en juin.