DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La mine d'or de Kumtor au Kirghizstan, objet de convoitises, détruit-elle l'environnement ?

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
La mine de Kumtor
La mine de Kumtor   -   Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

La mine d'or de Kumtor, au Kirghizstan, est l'objet d'enjeux politiques, économiques et environnementaux. Kumtor, c'est la seule mine au monde à exploiter des glaciers actifs. Et le gouvernement à Bishkek a récemment décidé reprendre l'administration directe du site, exploité par la société canadienne Centerra Gold. Cette dernière est accusée de causer des dommages irréversibles sur le glacier. Le déversement de déchets sur la glace l'a fait fondre, mais ce n'est pas tout, selon Dinara Kutmanova, présidente du Comité d'État pour l'écologie et le climat du Kirghizstan :

_ "La plus grande menace est que les résidus sont situés à 5 kilomètres du lac Petrov qui prend sa source dans le glacier. Si il y a rupture des eaux du lac, l'eau balaiera le barrage de résidus et les substances toxiques accumulées seront emportées dans les rivières."_

Centerra Gold affirme de son côté que le réchauffement climatique est pour beaucoup dans cette situation qui affecte la mine, parmi les plus grandes et plus hautes du monde, à plus de 4000 mètres d'altitude.

"Les scientifiques soulignent dans leurs rapports que le principal impact sur la fonte des glaciers - non seulement à Kumtor mais dans le monde entier, y compris en Asie centrale - est le réchauffement climatique, tempère Olga Medoeva, responsable de la protection de l'environnement à la mine de Kumtor. Nous surveillons la température moyenne à Kumtor, et nous observons une augmentation."

L'entreprise canadienne accuse Bichkek de nationaliser de facto la mine. Une vraie mine d'or pour le pays, objet de convoitises : Kumtor représente environ 10 % du PIB, et emploie 2500 personnes. Elle est au coeur de scandales, de corruption, et de pressions, voire tortures sur les citoyens qui s'y opposent depuis des années.