DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Italie entame avec brio l'Euro 2021 avec une victoire (3-0) face à la Turquie

euronews_icons_loading
L'Italie entame avec brio l'Euro 2021 avec une victoire (3-0) face à la Turquie
Tous droits réservés  Alberto Lingria/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

L'Italie entame avec brio son Euro 2021 face à la Turquie lors du match d'ouverture. Après avoir été absente du Mondial 2018, la Squadra Azzura de Roberto Mancini s'est imposé 3 à 0.

Cette Italie renaissante, rebâtie depuis trois ans par Roberto Mancini sur les ruines de la qualification manquée pour le Mondial 2018 qui a traumatisé toute une génération de supporters, a tenu ses promesses en gagnant à sa façon : avec de l'enthousiasme, celui du capitaine Giorgio Chiellini n'hésitant à pas à attaquer, du jeu et des buts.

La Turquie de Senol Günes, meilleure défense des éliminatoires (avec la Belgique, 3 buts), était pourtant un vrai piège mais elle a sans doute été punie par un manque d'ambition dans le jeu, clairement venue à Rome pour tenter de préserver un point.

La tactique a fonctionné pendant 45 minutes, mais la défense turque a craqué au retour des vestaires, trahie par l'un de ses joueurs évoluant en Serie A, Merih Demiral: le défenseur de a Juventus a trompé son propre gardien, libérant les supporteurs italiens (53e).

Puis les Italiens se sont envolés avec un but de Ciro Immobile à la 66ème minute, avant que Lorenzo Insigne enfonce le clou à la 79ème.

La soirée est parfaite pour Roberto Mancini: ses trois attaquants ont fait le plein de confiance en marquant, sa défense n'a plus pris de buts depuis désormais 9 matches consécutifs (pour 28 marqués!) et son Italie reste sur 28 matches sans défaite.

Voilà une jolie façon de démarrer l'Euro où l'Italie arrive avec la volonté de tester ses ambitions, après des qualifications sans fausse note (dix victoires en dix matches) mais peu de matches contre des grandes nations pour se jauger.

Juste avant la pause, les Italiens ont réclamé, en vain malgré l'intervention de la VAR et la bronca de l'Olimpico, un penalty sur un centre de Leonardo Spinzzola qui a touché le bras écarté de Zeki Çelik. Mais l'arbitre n'est pas revenu sur sa décision.

L'Italie prend donc la tête du groupe A, qui voit la Suisse et le Pays de Galle s'affronter ce samedi. A suivre également samedi deux matchs du groupe B : Danemark-Finlande et Belgique-Russie.