EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Autriche : Alexander Schallenberg, nouveau chancelier après la démission de Sebastian Kurz

Le futur chancelier autrichien, Alexander Schallenberg, 10 octobre 2021, Vienne (Autriche)
Le futur chancelier autrichien, Alexander Schallenberg, 10 octobre 2021, Vienne (Autriche) Tous droits réservés ALEX HALADA/AFP or licensors
Tous droits réservés ALEX HALADA/AFP or licensors
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alexander Schallenberg, c'est le nom du nouveau chancelier autrichien. Il remplace Sebastian Kurz, qui a démissionné, accablé par un scandale de corruption.

PUBLICITÉ

Alexander Schallenberg sera le nouveau chancelier autrichien. Celui qui était jusque-là ministre des affaires étrangères doit prêter serment ce lundi afin de clore la crise gouvernementale.

Sa nomination fait suite à la démission de Sebastian Kurz soupçonné d'être impliqué dans une affaire de corruption.

"C'est une tâche extrêmement difficile qui m'attend, ce n'est pas facile, pour aucun d'entre nous, mais je pense que nous faisons preuve d'un degré incroyable de responsabilité pour ce pays" a-t-il déclaré.

Ce diplomate de carrière, âgé de 52 ans, issu du même parti conservateur que Sebastian Kurz, l'ÖVP, a rencontré le président autrichien hier.

Et pour Alexander Van der Bellen, l'affaire est presque close :

"Cette crise gouvernementale est terminée. Demain à midi, je vais faire prêter serment au nouveau chancelier et au nouveau ministre des Affaires étrangères. Et le travail pour notre pays pourra continuer. Je remercie Sebastian Kurz. Par son geste, il a éloigné le mal du gouvernement et a contribué de manière importante à ce que l'intégrité de nos institutions soit protégée."

Depuis l'annonce mercredi par le parquet de l'ouverture d'une enquête à son encontre pour corruption, Sebastian Kurz était sous pression pour se retirer. Il a finalement préféré prendre les devants, et quitter son poste pour "éviter le chaos".

L'opposition avait menacé de voter une motion de censure au parlement dès demain si Sebastian Kurz ne démissionnait pas.

En attendant l'issue de l'enquête pour corruption, Sebastian Kurz reste à la tête du parti conservateur et siégera au Parlement.

Sources additionnelles • AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Fin de la carrière politique pour l’ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz ?

Ouverture du procès de l'ex-chancelier autrichien

Le Premier ministre écossais Humza Yousaf démissionne