EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Alpinistes français disparus au Népal : des sauveteurs de Chamonix espèrent récupérer les corps

Un hélicoptère survolant la zone au Népal où trois alpinistes français sont portés disparus (1/11/2021)
Un hélicoptère survolant la zone au Népal où trois alpinistes français sont portés disparus (1/11/2021) Tous droits réservés -/AFP
Tous droits réservés -/AFP
Par Julien Pavy avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des sauveteurs français sont en route pour le Népal où ils vont tenter de retrouver les corps de trois alpinistes chevronnés emportés il y a dix jours par une avalanche dans la région de l'Everest.

PUBLICITÉ

Des sauveteurs français sont en route pour le Népal où ils vont tenter de retrouver les corps de trois alpinistes chevronnés emportés il y a dix jours par une avalanche dans la région de l'Everest.

Trois alpinistes chevronnés

Âges d'une vingtaines d'années, Louis Pachoud, Gabriel Miloche et Thomas Arfi étaient arrivés au Népal fin septembre dans le but d'y gravir des sommets culminant à plus de 6 000 mètres d'altitude. Le dernier contact avec leur bivouac avait été établi le 26 octobre.

Élan de solidarité montagnarde

A Chamonix, des sauveteurs du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) préparaient leur équipement et le repérage de la zone avant de s'envoler pour cette mission périlleuse, pleine d'inconnue, mais aussi d'espoir.

"On ne sait pas la consistance de la neige qu'on va rencontrer, elle peut être extrêmement dure, elle a été tassée depuis plus d'une semaine, donc on a vraiment tout pris pour pouvoir parer à n'importe quelle éventualité, contrairement à Chamonix où on a tout sur place et en 20 minutes d'hélicoptère, on peut demander du matériel. Là-bas, on sera vraiment livré à nous-mêmes, même si les Népalais ont du matériel, ce sera beaucoup plus compliqué de retourner à Katmandou", souligne Yann Gérome, secouriste pour le PGHM._"On a 80% de chances de les trouver. On est super-motivés. On avait plus de 30 volontaires au PGHM pour se rendre sur place, du coup, on va tout faire pour pouvoir ramener les corps en France."
_

On a 80% de chances de les trouver.
Yann Gérome
Secouriste au PGHM

Un élan de solidarité montagnarde dans un pays le Népal considéré comme le Graal des alpinistes du monde entier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Trafic de visas en Espagne : neuf passeurs interpellés, 300 Népalais concernés

France : six personnes décédées après une avalanche dans le Massif du Mont-Blanc

Crash d'avion au Népal : l'espoir de retrouver des survivants est "nul"