This content is not available in your region

Deuxième tour de l'investiture LR : Pécresse part favorite pour porter la droite à la présidentielle

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Valérie Pécresse dans son quartier général à Paris, le 2 décembre 2021, après l'annonce des résultats du premier tour du Congrès LR
Valérie Pécresse dans son quartier général à Paris, le 2 décembre 2021, après l'annonce des résultats du premier tour du Congrès LR   -   Tous droits réservés  Christophe Ena/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

Qui pour porter la droite à la présidentielle ? Face à Eric Ciotti qui séduit l'aile droitière, Valérie Pécresse aborde vendredi le deuxième tour du congrès LR forte de nombreux ralliements qui la placent en favorite.

"Je suis une femme qui gagne et qui fait", a assuré jeudi après le premier tour la présidente de la région Ile-de-France, en se targuant d'une "capacité à rassembler toutes les sensibilités de la droite": selon elle, "du côté de l'Elysée, ils vont devoir réécrire leur scénario" d'un deuxième tour face à l'extrême droite en avril 2022.

"Osez la droite car on en a besoin", a lui affirmé Eric Ciotti en vantant un projet fidèle à François Fillon "qui correspond le mieux à ce qu'attendent les électeurs de droite dans ce pays".

Depuis jeudi soir minuit, les deux candidats sont astreints à un devoir de réserve qui prendra fin à l'annonce des résultats, samedi à 14H30.

Mais alors que le deuxième tour est lancé depuis vendredi matin, Valérie Pécresse apparaît à beaucoup comme la favorite, d'autant qu'elle a reçu le soutien des trois candidats éliminés au premier tour, Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.

On refuse certes dans son camp de se réjouir prématurément, en rappelant qu'aucune élection n'est jouée à l'avance. Mais "je ne vois pas comment elle ne gagnerait pas, les gens vont vouloir voter utile", assure un de ses soutiens.

"C'est une nouvelle élection qui commence", avait assuré dès jeudi Eric Ciotti, en assurant: "j'aime les missions difficiles".

Au premier tour, le député des Alpes-Maritimes a rassemblé 25,6% des suffrages contre 25% à Valérie Précresse, soit moins de 700 voix de différence.

Ce qui, pour le politologue Pascal Perrineau, signifie aussi que "74% des électeurs n'ont pas choisi Eric Ciotti mais un candidat au profil chiraquien", en cumulant les scores de Pécresse, Bertrand, Barnier et Juvin.

"Sincérité"

Au total, l'équipe de Valérie Pécresse revendiquait le ralliement de 170 parlementaires jeudi soir, dont le président LR du Sénat Gérard Larcher, le patron des députés LR Damien Abad, ainsi que plusieurs élus de la garde rapprochée des équipes Barnier et Bertrand.

Les prises de position publiques de certains responsables LR ont été peu appréciées par Eric Ciotti : c'est "une attitude contraire à l'esprit de notre groupe et de notre famille politique", a-t-il déploré sur Twitter.

Dans son camp, on veut croire que le match sera plus serré qu'annoncé. Eric Ciotti "s'adresse avant tout aux militants, il a le ressort de la sincérité. Nul n'est propriétaire des voix des adhérents", assure Stéphane Le Durulier, son porte-parole de campagne.

L'argument de la fidélité pourrait ainsi reporter une partie des électeurs de Michel Barnier sur Eric Ciotti, et celui de la fermeté en convaincre certains chez Xavier Bertrand.

Pour Pascal Perrineau, le député des Alpes-Maritimes va vraisemblablement grappiller quelques points, et pourrait passer "de 25 à 39%".

Mais "l'issue la plus probable est la victoire de Valérie Pécresse" car "le principe de plaisir est épuisé, c'est le principe de réalité qui s'impose".

"Les adhérents commencent à se dire qu'ils ont une petite chance de s'inviter au deuxième tour et il se demandent qui peut gagner", ce qui, selon le politologue, favoriserait Valérie Pécresse car "pour LR, il faudra récupérer les électeurs partis chez Emmanuel Macron".

Dans sa profession de foi pour le deuxième tour, la présidente de l'Ile-de-France prône "unité" et "rassemblement" pour porter "un projet de franche rupture et de droite assumée".

De son côté Eric Ciotti promet de gagner "en rassemblant le peuple de droite", loin d'un "positionnement centriste trop proche du macronisme".

La participation elle, devrait rester forte au deuxième tour, puisque elle atteignait déjà 39,2% vendredi midi, contre 25,2% seulement au même moment du premier tour.

Près de 140 000 adhérents sont appelés à voter.