This content is not available in your region

Guerre en Ukraine : Severodonetsk coupée du reste du pays

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Fumée s'échappant de Severodonetsk, en proie à d'intenses bombardements des forces russes le 13 juin 2022
Fumée s'échappant de Severodonetsk, en proie à d'intenses bombardements des forces russes le 13 juin 2022   -   Tous droits réservés  ARIS MESSINIS / AFP

La guerre en Ukraine est entrée dans son 111ème jour ce mardi. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky presse les Occidentaux de lui envoyer des armes "modernes" pour enrayer le coût humain "terrifiant" infligé par les troupes russes, au moment où la ville-clef de Severodonetsk est isolée ce mardi du reste de l'Ukraine après la destruction du dernier pont l'y reliant.

"La bataille du Donbass restera sûrement dans l'histoire militaire comme l'une des batailles les plus violentes en Europe", a affirmé le président ukrainien dans son allocution quotidienne ce lundi soir.

"Le coût humain de cette bataille (de Severodonetsk) pour nous est très élevé. Il est juste terrifiant", a-t-il ajouté, insistant sur le besoin désespéré de recevoir ces armements, alors que Kyiv fait état de 100 à 300 de ses hommes tués chaque jour.

"Seule une artillerie moderne assurera notre avantage", ajoute le président de 44 ans, se disant confiant dans la capacité de son armée à "libérer le territoire", "y compris Marioupol et la Crimée".

"Nous avons juste besoin d'assez d'armes pour assurer tout cela. Nos partenaires en ont", a-t-il martelé.

Cet appel intervient alors que les alliés fournissent déjà munitions, pièces détachées et armement léger à Kyiv et que le Groupe de contact pour l'Ukraine, créé par le ministre de la Défense américain Lloyd Austin, doit se réunir ce mercredi à Bruxelles.

L'Ukraine a épuisé son armement de fabrication russe et soviétique et dépend désormais exclusivement des armes que lui fournissent ses alliés étrangers, notamment de l'artillerie occidentale, selon des experts américains.

Washington a commencé à remettre à l'Ukraine de l'équipement lourd comme des obusiers Howitzers dans un premier temps, puis des équipements de pointe comme les lance-roquettes Himars, des pièces d'artillerie de haute précision et d'une portée supérieure à celles de l'armée russe.

Emmanuel Macron en Roumanie et Moldavie

Emmanuel Macron est attendu ce mardi en Roumanie pour saluer les 500 soldats français qui sont déployés sur une base de l'Otan depuis l'invasion de l'Ukraine avant une visite de soutien à la Moldavie et un possible déplacement à Kyiv.

Très attendue depuis des semaines, sa visite en Ukraine pourrait prochainement se dérouler en compagnie du chancelier allemand Olaf Scholz et du Premier ministre italien Mario Draghi selon des médias à Berlin et Rome. Une information non confirmée par l'Elysée, qui précise que "rien n'est acté" à ce stade.

Les forces ukrainiennes ont reconnu avoir abandonné le centre de Severodonetsk, à la suite d'une nouvelle offensive russe sur cette ville clef de l'est de l'Ukraine, que les deux belligérants se disputent depuis des semaines.

La prise de cette cité donnerait à Moscou le contrôle de la région de Lougansk et lui ouvrirait la route d'une autre grande ville, Kramatorsk, capitale de la région voisine de Donetsk. Une étape indispensable pour conquérir l'intégralité du bassin du Donbass, région essentiellement russophone en partie tenue par des séparatistes prorusses depuis 2014

Les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont affirmé ce lundi que quatre personnes avaient été tuées et 22 blessées dans des bombardements "massifs" des forces de Kyiv sur la ville de Donetsk, leur capitale autoproclamée.

D'intenses affrontements dans le sud de l'Ukraine

Dans le sud de l'Ukraine aussi les combats font rage, avec des combats aériens et attaques d'hélicoptères russes sur les positions ukrainiennes à Mikolaïv et Kherson, selon le dernier communiqué du commandement des troupes ukrainiennes pour le sud du pays, dans la nuit de lundi à mardi.

A Mikolaïv, grand port de l'estuaire du Dniepr, l'avancée russe a été stoppée aux abords de la ville et l'armée ukrainienne y a creusé des tranchées, a constaté une équipe de l'AFP.

Dans un rapport publié ce lundi, Amnesty International a accusé la Russie de crimes de guerre en Ukraine, affirmant que des centaines de civils avaient péri dans des attaques incessantes sur Kharkiv (nord-est), menées notamment avec des bombes à sous-munitions.

Sur le plan diplomatique, les Vingt-Sept restaient divisés sur la question de l'octroi à l'Ukraine du statut de candidat à une adhésion à l'UE, qui doit se jouer lors du Conseil européen des 23 et 24 juin. La Commission doit rendre un premier avis sur cette question d'ici la fin de la semaine.