This content is not available in your region

L'accord sur les exportations de céréales doit être signé ce vendredi à Istanbul

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Des délégations russe et ukrainienne rencontrent des observateurs de l'ONU et des membres du ministère turc de la Défense à Istanbul, en Turquie, le mercredi 13 juillet 2022.
Des délégations russe et ukrainienne rencontrent des observateurs de l'ONU et des membres du ministère turc de la Défense à Istanbul, en Turquie, le mercredi 13 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  Ministère turc de la Défense via AP

Alors que la guerre continue de faire rage en Ukraine, un accord sur les exportations de céréales a été trouvé entre Russes et Ukrainiens, après plusieurs jours de discussions à Istanbul.

Très attendu par la communauté internationale face aux risques de famine dans le monde, il doit être signé ce vendredi en présence du président turc Recep Tayyip Erdoğan et du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

"Ce que nous avons essayé de faire, c'est de trouver un accord qui permette aux aliments et aux engrais ukrainiens et russes d'atteindre les marchés mondiaux, a déclaré Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l'ONU. Comme vous le savez, nous avons souligné pendant de nombreux mois la gravité de la crise alimentaire dans le monde. Et c'est une composante, une grande composante de cette crise. Nous allons donc pouvoir résoudre ce problème."

Les Etats-Unis ont également réagi à cet accord, par la voix de Ned Price, porte-parole du Département d'Etat américain : "Le fait est que la Russie a militarisé la nourriture durant ce conflit. Ils ont détruit des installations agricoles. Ils ont empêché des millions de tonnes de céréales ukrainiennes de parvenir à ceux qui en ont besoin. Mais comme je l'ai dit, nous nous félicitons de l'annonce de cet accord de principe. Et ce sur quoi nous nous concentrons maintenant, c'est de dire que la Russie apermis la mise en œuvre de cet accord ce qui va permettre aux céréales ukrainiennes d'atteindre les marchés mondiaux."

L’accord prévoit une sortie par la mer Noire du blé ukrainien jusqu’ici bloqué la guerre, et un allégement des entraves au transport de grains et d’engrais russes.