TotalEnergies : hausse de 43% du bénéfice net du 3e trimestre à 6,6 milliards de dollars

Archives : Patrick Pouyanné, PDG de Patrick TotalEnergies, à La Défense, en région parisienne, le 28 mai 2022
Archives : Patrick Pouyanné, PDG de Patrick TotalEnergies, à La Défense, en région parisienne, le 28 mai 2022 Tous droits réservés Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Tous droits réservés Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

En 2021, l'énergéticien français a déjà engrangé en neuf mois 17,3 milliards de dollars de bénéfices, plus que sur la totalité de l'année dernière, soit 16 milliards.

PUBLICITÉ

Le groupe français TotalEnergies a annoncé ce jeudi un bénéfice net de 6,6 milliards de dollars au 3e trimestre, en hausse de 43% par rapport à celui du 3e trimestre 2021 grâce notamment aux résultats records des activités de gaz et de GNL, dont les prix se sont envolés.

"Dans un contexte marqué par un prix du Brent à 100 dollars le baril en moyenne et des prix du gaz exacerbés par l'agression militaire de l'Ukraine par la Russie, TotalEnergies a su tirer parti de son modèle intégré, notamment dans le gaz naturel liquéfié (GNL), pour générer des résultats en ligne avec les trimestres précédents", a indiqué le PDG du groupe Patrick Pouyanné dans un communiqué. Le groupe a déjà engrangé en neuf mois 17,3 milliards de dollars de bénéfices, plus que sur la totalité de l'année dernière, soit 16 milliards.

La semaine dernière, ce même Patrick Pouyanné avait provoqué un tollé en tentant de justifier son salaire, soit pratiquement 6 millions d'euros. 

"Fatigué" de s'entendre dire que sa rémunération avait été augmentée de 52% l'an passé, le dirigeant de l'énergéticien français avait pris les réseaux sociaux à témoin pour expliquer que son salaire était "constant depuis 2017" et "moins élevé" que celui des "autres majors" européennes et américaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les journalistes ont eu un accès rare au sous-marin français à propulsion nucléaire de classe Rubis

Elections européennes : les Républicains font campagne sur l'immigration à Menton

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?