Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Angola : la compagnie aérienne TAAG adopte une nouvelle stratégie pour s'imposer en Afrique

Par Chris Burns  & Dinamene Cruz
Business Angola
Business Angola   -   Tous droits réservés  euronews   -  

Sous l'impulsion d'un nouveau PDG et de son équipe, la compagnie aérienne nationale de l'Angola, TAAG se développe à l'internationale, notamment grâce à un nouveau partenariat avec la compagnie espagnole Iberia Airlines.

Dans cet épisode de Business Angola, nous rendons visite à TAAG, une entreprise qui a plus de 70 ans d'expérience dans le secteur de l'aviation.

Comme de très nombreuses compagnies aériennes, TAAG est obligé de se transformer pour faire face aux défis actuels. Avec une nouvelle direction, un nouveau partenariat avec Iberia, de nouvelles destinations et une volonté de faire de Luanda un centre international de fret, l'avenir de TAAG très est prometteur.

"Je suis passé de 4 heures de route à 45 minutes de vol"

Nous sommes sur un vol domestique de TAAG entre la capitale Luanda et la province agricole et minière d'Uige dans le nord du pays.

C'est l'une des 14 destinations de la compagnie aérienne à l'intérieur de l'Angola, auxquelles s'ajoute une douzaine de destinations internationales.

Les passagers constatent déjà une différence dans le nouveau TAAG, l'acronyme de "Transportes Aéreos Angolanos".

Antonio Oliveira, un négociant en diamants, se rend à Uige et apprécie de ne plus avoir à conduire plus de quatre heures pour s'y rendre.

"Le vol  entre Luanda et Uige dure seulement 45 minutes en avion. Je pense que c'est bien mieux parce que les gens gagnent beaucoup de temps", dit l'homme d'affaires angolais. 

"Les avancées sont visibles. TAAG s’est vraiment développé. On voit la différence même dans les services et les prix. Je pense qu'ils sont dans la bonne voie", ajoute-t-il. 

Partenariat avec la compagnie aérienne espagnole Iberia

Ces commentaires font plaisir aux nouveau PDG de TAAG Eduardo Fairen. Ayant des dizaines d'années d'expérience à la tête de compagnies aériennes en Amérique latine et en Espagne, Eduardo Fairen est en train de transformer la compagnie angolaise avec une toute nouvelle équipe.

_"J'ai eu la fantastique opportunité de lancer des compagnies aériennes à succès et de réorganiser des compagnies plus anciennes. Et j'ai également eu l'occasion d'avoir une équipe remarquable qui nous a toujours permis d'atteindre ces objectifs._Nous sommes tous sur la même longueur d'onde et l'objectif est très simple. Nous voulons prendre part au championnat", explique Eduardo Fairen. 

Pour y parvenir, TAAG s'est associée à Iberia dans le cadre d'un accord de partage de codes. TAAG bénéficiera également du hub d'Iberia à Madrid, qui la reliera au reste du monde.

TAAG est à nouveau certifiée par les régulateurs européens, et l'alliance avec la compagnie espagnole est un coup de pouce majeur pour que la compagnie angolaise puisse déployer ses ailes à travers le monde.

Pour le PDG espagnol, Iberia aurait fait une très bonne affaire, parce que, l'Angola et TAAG veulent se faire connaître sur la scène internationale.

"Le partenariat__avec la compagnie Iberia leur permet d'accéder non seulement à un plus grand nombre de destinations en Europe, mais aussi en Amérique du Nord et du Sud. Il n'y a pas de coût massif, mais une grande exposition pour les deux compagnies", explique directeur chez JLS Consulting. 

Un nouvel aéroport prometteur

Pendant ce temps, l'Angola se construit une place de choix en Afrique, avec un nouvel aéroport dans la capitale Luanda qui doit ouvrir ses portes à la fin de l'année 2023.

L'aéroport Antonio Agostinho Neto, qui porte le nom du premier président du pays, est conçu pour accueillir 15 millions de passagers par an.

Dans la région de l'Afrique de l'Ouest, ce sera probablement le seul hub opérationnel, car le hub le plus proche est à Dakar ou Casablanca. Et dans le sud, la ville de Johannesburg est à 4 heures d'ici", dit M. Fairen. 

C'est pourquoi TAAG augmente déjà le nombre de ses destinations. Elle prévoit plus de vols vers le Mozambique, la Namibie et le Brésil pour répondre à la demande du marché.

TAAG sera privatisée d'ici 2025, ce qui pourrait l'aider à réunir les capitaux nécessaires à son expansion.

Pour John Strickland, la clé du succès réside dans la confiance des investisseurs. _"_TAAG a une opportunité de se développer et si les investisseurs ont la certitude que l'entreprise est gérée de manière rentable, ils pourraient bien être en mesure d'attirer les fonds nécessaires pour le plan de privatisation", l'explique l'analyste. 

Avec ce nouveau partenariat, TAAG, l'une des compagnies aériennes nationales les plus anciennes d'Afrique, mise sur une stratégie ambitieuse.