France : 11 évêques ou anciens évêques "mis en cause" pour des signalements de violences sexuelles

Le Président de la Conférence des évêques de France et archevêque du diocèse de Reims, Eric de de Moulins-Beaufort, lors déclaration le 7 novembre 2022
Le Président de la Conférence des évêques de France et archevêque du diocèse de Reims, Eric de de Moulins-Beaufort, lors déclaration le 7 novembre 2022 Tous droits réservés CHARLY TRIBALLEAU/AFP
Tous droits réservés CHARLY TRIBALLEAU/AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette annonce a été faite lors d'une communication de la Conférence des évêques dédiée à la lutte contre les abus au sein de l'Église catholique française.

PUBLICITÉ

Onze évêques ou anciens évêques français ont été "mis en cause" devant la justice civile ou la justice de l'Eglise pour des signalements de violences sexuelles, a annoncé ce lundi l'Archevêque du diocèse de Reims, Eric de Moulins-Beaufort lors d'un point presse de la Conférence des évêques (CEF) à Lourdes.

"Il y a aujourd’hui six cas d’évêques qui ont été mis en cause devant la justice de notre pays ou devant la justice canonique (droit de l'Eglise, ndlr)", a déclaré Mgr de Moulins-Beaufort qui est aussi président de la CEF. 

"Deux autres, qui ne sont plus en fonction, font l’objet d’enquêtes aujourd’hui de la part de la justice de notre pays après des signalements faits par un évêque et d’une procédure canonique ; un troisième fait l’objet d’un signalement au procureur auquel aucune réponse n’a été donnée à ce jour et a reçu du Saint-Siège des mesures de restriction de son ministère", a-t-il encore souligné.

Il a indiqué que le cardinal Jean-Pierre Ricard, ancien évêque de Bordeaux, était aussi concerné. Ce dernier a reconnu une conduite "répréhensible" sur une mineure de 14 ans, il y a 35 ans, a ajouté le président de la CEF, lisant un message de ce dernier.

S'ajoute enfin Mgr Michel Santier, sanctionné en 2021 par les autorités du Vatican pour des "abus spirituels ayant mené à du voyeurisme sur deux hommes majeurs" dans les années 1990 et dont le silence autour de sa sanction a provoqué ces dernières semaines une vive colère chez les catholiques et les collectifs de victimes.

Sans entrer dans les détails, Eric de Moulins-Beaufort a insisté "sur la grande diversité des situations, des faits commis ou reprochés".

Les 120 membres de la Conférence des évêques de France (CEF) sont réunis depuis jeudi dernier à Lourdes pour leur assemblée plénière d'automne. Ils ont pour objectif, entre entre autres, de travailler à des "propositions concrètes" afin d'améliorer la communication et la transparence dans les mesures canoniques (du droit de l'Eglise) prises à l'encontre de clercs mis en cause dans des affaires de violences sexuelles.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les journalistes ont eu un accès rare au sous-marin français à propulsion nucléaire de classe Rubis

Elections européennes : les Républicains font campagne sur l'immigration à Menton

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?