EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'un des chefs de l'opposition albanaise agressé en marge du sommet de Tirana

Sali Berisha après l'attaque
Sali Berisha après l'attaque Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sali Berisha, 78 ans, ancien président et Premier ministre, était à la tête de centaines de manifestants qui se dirigeaient vers la zone du sommet Europe/Balkans lorsqu'un homme est sorti de la foule et l'a frappé au visage.

PUBLICITÉ

Le chef du Parti démocratique de centre-droit, parti d'opposition albanais, a été agressé lors d'une manifestation antigouvernementale organisée près d'un sommet des dirigeants de l'Union européenne et de leurs homologues des Balkans occidentaux dans la capitale albanaise.

Sali Berisha, 78 ans, ancien président et ancien Premier ministre, était à la tête de centaines de manifestants qui se dirigeaient vers la zone du sommet en compagnie de l'ancien président Ilir Meta lorsqu'un homme est sorti de la foule et l'a frappé au visage.

L'agresseur a été immédiatement maîtrisé par des gardes du corps. Des témoins ont vu Berisha avec le visage ensanglanté.

L'identité de l'agresseur et la raison de l'attaque ne sont pas claires.

L'opposition protestait contre la corruption présumée du Premier ministre Edi Rama, qu'elle rend également responsable de la crise du coût de la vie dans le pays et de l'exode des jeunes Albanais qui partent pour une vie meilleure dans les pays d'Europe occidentale. L'Albanie a connu une hausse des prix de plus de 8 % cette année, notamment pour les denrées alimentaires de base et le carburant, suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : les incendies en Albanie progressent vers le nord et durent depuis trois semaines

Albanie: sept migrants meurent en tentant d'échapper à un contrôle de police

Le Parlement albanais approuve un accord controversé sur les migrants avec l'Italie