PUBLICITÉ

Le Royaume-Uni aurait versé à tort des prestations sociales à des citoyens de l'UE, après le Brexit

Un panneau "sens unique" en Irlande du nord, devant le siège du Parlement
Un panneau "sens unique" en Irlande du nord, devant le siège du Parlement Tous droits réservés PAUL FAITH/AFP or licensors
Tous droits réservés PAUL FAITH/AFP or licensors
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À cause d'une erreur du ministère britannique de l'Intérieur, des milliers de citoyens de l'UE qui n'ont pas pu obtenir de statut de résident après le Brexit, ont continué à recevoir des prestations sociales.

PUBLICITÉ

Le Brexit continue d'avoir des conséquences, qui peuvent coûter très cher. Au Royaume-Uni, des citoyens de l'Union européenne auraient reçu par erreur des prestations sociales, bien après le retrait britannique de l'UE.

Londres a mis en place une plateforme permettant aux citoyens européens qui vivaient déjà sur le territoire britannique avant le Brexit, de demander un statut de résident permanent, via le EU settlement scheme (EUSS).

Le Media Politics Home révèle qu'environ 140 000 personnes qui ont vu leur demande de résidence refusée, ont potentiellement continué à recevoir des prestations.

En cause, une erreur du ministère britannique de l'Intérieur qui n'a pas immédiatement actualisé sa liste de personnes possédant un visa. De ce fait, les personnes refusées étaient toujours catégorisées comme étant "en attente" de décision.

Le ministère, dirigé par Suella Braverman, explique que les personnes restaient "en attente" en vertu de l'accord de Brexit selon lequel les personnes déboutées devaient être protégées si elles avaient l'intention de faire appel immédiatement. Mécaniquement, des milliers de personnes qui n'ont pas fait appel ont continué à recevoir des prestations.

Cette erreur ne concerne que les personnes qui ont fait leur demande entre juin 2021 et avril 2022, d'après le gouvernement britannique.

Des millions de livres seraient en jeu, et pourraient être réclamées par Londres. L'autorité indépendante de surveillance (Independent Monitoring Authority : IMA) mise en place après le Brexit pour protéger les droits des citoyens de l'UE au Royaume-Uni, a alerté le gouvernement sur l'impact que pourrait avoir cette affaire sur les personnes concernées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les déçus du Brexit : 2/3 des Britanniques favorables à un nouveau référendum

Brexit : le vent a tourné, une majorité de Britanniques estiment que "c'était une erreur"

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service