PUBLICITÉ

Israël : appel à la grève générale "immédiate" contre la réforme judiciaire

Manifestation à Tel-Aviv, Israël, le 25 mars 2023, contre la réforme judiciaire portée par le Premier ministre Netanyahou
Manifestation à Tel-Aviv, Israël, le 25 mars 2023, contre la réforme judiciaire portée par le Premier ministre Netanyahou Tous droits réservés Oded Balilty/Copyright 2023 The AP All rights reserved
Tous droits réservés Oded Balilty/Copyright 2023 The AP All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Israël : pressé par le président et mis sous pression par les syndicats, Benjamin Netanyahou doit s'exprimer ce lundi sur la réforme judiciaire controversée.

PUBLICITÉ

**La plus grosse centrale syndicale israélienne a annoncé lundi "une grève générale" immédiate, exigeant l'arrêt du projet de réforme de la justice en cours d'examen au Parlement et qui divise profondément le pays.

"J'appelle à une grève générale", a déclaré Arnon Bar David, chef de la Histadrout. "Dès la fin de cette conférence de presse, l'Etat d'Israël s'arrête [...] Nous avons pour mission d'arrêter le processus de législation et nous allons le faire", a-t-il dit.

Le président appelle à "stopper immédiatement" le projet de réforme judiciaire

Cette annonce a été suivie d'une autre, de l'Association médicale israélienne décrétant elle aussi une grève générale devant affecter les hôpitaux et services médicaux publics.

Plus tôt dans la matinée, le président Isaac Herzog avait appelé le gouvernement à "stopper immédiatement" le travail législatif sur le projet de réforme judiciaire, après une nuit marquée par des heurts entre manifestants et policiers à Tel-Aviv.

"Nous avons été témoins la nuit dernière de scènes très difficiles", a déclaré sur Twitter M. Herzog pour qui la "nation entière est en proie à une profonde inquiétude".

Selon les médias israéliens, le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait s'exprimer publiquement dans la journée, et pourrait accepter une pause dans la réforme, conformément à cet appel.

"Notre sécurité, notre économie et notre société sont toutes menacées", ajoute le président, qui en appelle solennellement "au Premier ministre, aux membres du gouvernement et à ceux de la majorité" à "stopper immédiatement" l'examen du projet au Parlement "au nom de l'unité du peuple d'Israël".

Isaac Herzog joue un rôle essentiellement protocolaire et ses appels répétés à trouver une solution de compromis sur la réforme ont été jusqu'ici sans effet et n'ont pas empêché le pays de glisser peu à peu dans la crise. Il s'était inquiété récemment d'un risque de "guerre civile".

Mise en péril du caractère démocratique d'Israël

Dimanche soir, des milliers de personnes sont descendues dans la rue à Tel-Aviv après le limogeage par M. Netanyahu de son ministre de la Défense, Yoav Gallant, qui avait plaidé publiquement la veille pour une pause dans la réforme, en exprimant des craintes pour la sécurité d'Israël.

Le projet de réforme proposée par le gouvernement de M. Netanyahu, l'un des plus à droite de l'histoire d'Israël, vise à accroître le pouvoir des élus sur celui des juges.

Contesté dans la rue depuis bientôt trois mois, il est à l'origine d'un des plus grands mouvements de mobilisation populaire de l'histoire d'Israël.

Les détracteurs de la réforme estiment qu'elle risque de mettre en péril le caractère démocratique de l'Etat d'Israël. Mais, signe que le processus législatif n'a pas encore été enrayé, la Commission parlementaire des lois a voté lundi matin en faveur d'un des éléments centraux de la réforme, au cœur des inquiétudes de ses détracteurs : le projet de loi modifiant le processus de nomination des juges.

Avertissement de Washington

Alliés de poids d'Israël, les Etats-Unis se sont déclarés "profondément préoccupés", et ont souligné "la nécessité urgente d'un compromis".

"Les valeurs démocratiques ont toujours été, et doivent rester, une caractéristique des relations entre les Etats-Unis et Israël", a averti dimanche la porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche Adrienne Watson.

"Les changements fondamentaux pour un système démocratique devraient être menés avec la base de soutien populaire la plus large possible", a-t-elle souligné.

"J'appelle le Premier ministre à annuler le limogeage de Yoav Gallant. L'Etat d'Israël ne peut pas en ce moment, face aux menaces sur tous les fronts, s'autoriser un changement de ministre de la Défense", a déclaré de son côté lundi le chef de l'opposition israélienne Yaïr Lapid, dans une conférence de presse.

Il avait salué samedi soir les propos de M. Gallant, les qualifiant de "pas courageux (...) pour la sécurité d'Israël".

Deux députés du Likoud, le parti de M. Netanyahu dont est membre M. Gallant, ont par ailleurs exprimé sur Twitter leur soutien au ministre de la Défense déchu, soulevant ainsi la question de savoir si le gouvernement pourrait compter sur la majorité s'il procédait à un vote.

PUBLICITÉ

Dans un discours retransmis à la télévision jeudi soir, M. Netanyahu, qui était jusque-là resté en retrait sur ce dossier, s'était engagé à "mettre fin à la division au sein du peuple", tout en soulignant sa détermination à faire avancer la réforme.

Le lendemain, il a été rappelé à l'ordre par la justice qui a jugé "illégale" son intervention publique, compte tenu de ses procès en cours pour corruption.

Et dimanche la Cour suprême lui a donné une semaine pour répondre à la pétition d'une ONG demandant à ce qu'il soit sanctionné pour "outrage au tribunal" après ce discours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Réforme de la justice en Israël : les négociations se poursuivent, la contestation ne faiblit pas

L'allemagne frappée par un grand mouvement de grève dans les transports

Les sirènes à Tel-Aviv pour la première fois depuis des mois, Hamas "tire un barrage" depuis Gaza