EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Tournée diplomatique : Volodymyr Zelensky en Bulgarie pour discuter armes et Otan

Le président ukrainien est en Bulgarie, 06/07/23
Le président ukrainien est en Bulgarie, 06/07/23 Tous droits réservés Valentina Petrova/Valentina Petrova
Tous droits réservés Valentina Petrova/Valentina Petrova
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu jeudi en Bulgarie pour discuter de l'adhésion à l'Otan et plaider pour une accélération de la livraison d'armes par ce pays grand producteur de munitions, en pleine contre-offensive de Kyiv.

PUBLICITÉ

"Nous sommes reconnaissants pour le soutien apporté par la Bulgarie", a déclaré le chef d'Etat aux côtés du nouveau Premier ministre Nikolay Denkov, qui a impulsé un changement de ton en appuyant ouvertement Kyiv.

Parmi les sujets au programme de cette visite de quelques heures dans la capitale Sofia, "le soutien à la défense (ukrainienne), l'intégration de l'Ukraine à l'UE et à l'Alliance atlantique, le sommet de l'Otan et les garanties de sécurité", selon un message posté sur le réseau social Telegram.

Une "déclaration commune" a été signée en faveur de l'adhésion de Kyiv à l'Otan, en amont du sommet de Vilnius, prévu les 11 et 12 juillet.

Le président ukrainien a dit être venu pour combler "le manque d'armes", alors que le temps presse.

Il a répété que la lenteur des livraisons avait retardé la contre-offensive de Kyiv, ce qui avait permis à Moscou de renforcer ses défenses dans les zones occupées, notamment au moyen de mines.

"La motivation de nos partenaires doit rester intacte", a-t-il insisté. Sinon "nous perdrons l'initiative sur le champ de bataille".

Au président bulgare Roumen Radev qui est farouchement opposé à tout envoi d'aide militaire par crainte d'une escalade, Volodymyr Zelensky a rétorqué qu'il s'agissait de "se défendre" pour éviter que la guerre ne se propage au reste de l'Europe.

Mécontentement du Kremlin

La Bulgarie, membre de l'UE et de l'Otan mais historiquement et culturellement proche de Moscou, est profondément divisée sur le sujet.

Dans les faits cependant, les usines d'armement de l'ère communiste tournent à plein régime depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

L'an dernier, les exportations de l'industrie militaire bulgare ont frôlé les 4 milliards d'euros, selon des estimations - soit le triple du précédent record de 2017.

Jusqu'à présent, des pays tiers faisaient office d'intermédiaires, une solution trouvée au début de la guerre par l'ex-Premier ministre Kiril Petkov.

"Quasiment tout ce que nous avons reçu dans les premiers jours du conflit venait de nos partenaires bulgares", a récemment déclaré le conseiller présidentiel Mikhaïlo Podoliak sur la télévision bulgare Nova.

La présidence russe a fustigé cette visite, y voyant la volonté de Kyiv d'entraîner "davantage de pays" dans le conflit en Ukraine.

"De nombreux pays ont déjà plongé jusqu'à leur tête dans ce conflit, directement ou indirectement. Ce sujet sera abordé avec les Bulgares", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Sofia et Kyiv ont par ailleurs convenu de coopérer dans l'énergie, la Bulgarie proposant de vendre à l'Ukraine deux réacteurs nucléaires qu'elle avait commandés à la Russie pour un projet désormais abandonné.

Après Prague, Volodymyr Zelensky doit rencontrer vendredi à Istanbul son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, pour sa première visite en Turquie depuis le début de la guerre.

Selon le quotidien pro-gouvernemental Sabah, les deux dirigeants s'entretiendront notamment de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, conclu en juillet 2022 avec le parrainage des Nations unies et de la Turquie, que la Russie ne voit "aucune raison" de prolonger à son expiration le 17 juillet.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections municipales en Bulgarie : un second tour à Sofia

Reportage euronews : à bord d'un avion de l'Otan pour tester les interceptions d'aéronefs russes

Armes à sous-munitions en Ukraine : quel danger pour les civils ?