EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Reportage euronews : à bord d'un avion de l'Otan pour tester les interceptions d'aéronefs russes

Manoeuvres aériennes d'entrainement de l'Otan
Manoeuvres aériennes d'entrainement de l'Otan Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quelques jours avant le sommet de l'Otan à Vilnius, une équipe d'euronews Roumanie a embarqué à bord d'un avion de l'Alliance lors d'un vaste exercice aérien.

PUBLICITÉ

En pleine guerre en Ukraine, l'Otan multiplie les missions d'interception d'avions russes dans le ciel européen. Ces missions, potentiellement très dangereuses, s'accompagnent de sessions d'entraînement grandeur nature. Une équipe d'euronews Roumanie a pu assister à l'une de ces sessions à bord d'un avion de l'Alliance.

Nos confrères ont embaqué à bord d'un Airbus A330 ravitailleur qui a décollé des Pays-Bas. L'avion a servi de cible dans cette session d'entraînement.

L'aéronef a survolé l'Allemagne et la Pologne pour atteindre la Lituanie. Immédiatement après le décollage, l'avion a été "intercepté" par les chasseurs tchèques.

Les militaires chargés de la police du ciel s'entraînent 24 heures sur 24, alors que les avions russes menacent l'espace aérien de l'Otan plus qu'avant la guerre en Ukraine. En Roumanie, les pilotes alliés et roumains ont ainsi effectué environ 160 missions d'interception réelles l'année dernière, soit trois fois plus qu'en 2021.

Harold van Pee, commandant du Centre d'opérations aériennes combinées de l'Otan  à Uedem : "Dans le sud (de l'Europe), où se trouvent l'Ukraine et la mer Noire, la situation est plus compliquée qu'auparavant parce qu'il y a une guerre là-bas (...). Il est plus difficile pour les pays de l'Otan du Sud de faire face à cette situation que pour les pays du Nord, où les frontières sont toujours les mêmes qu'avant février de l'année dernière."

Chaque jour, une trentaine d'avions de l'Alliance survolent l'espace aérien des États membres. Certains d'entre eux assurent des missions de police de l'air dans les pays baltes qui ne disposent pas d'avions de combat pour assurer ce service par leurs propres moyens. Un détachement militaire roumain de 100 personnes, pilotant quatre avions F16, pour la première fois en mission à l'étranger, a été déployé depuis la fin mars jusqu'au mois d'août, sur la base de Šiauliai, en Lituanie.

Cosmin Vlad, commandant du détachement F16 en Lituanie : "Tout ce que vous avez vu, ce sont les opérations que nous effectuons en cas d'alerte réelle, pour être toujours prêts, nous effectuons ces exercices presque quotidiennement."

Au départ de la Lituanie, l'Airbus A330 qui jouait le rôle de cible a été intercepté par les pilotes roumains. L'aéronef est ensuite retourné aux Pays-Bas en traversant les espaces aériens de la Lettonie, de l'Estonie, de la Finlande, de la Suède, du Danemark et de la Grande-Bretagne. Dans chaque pays, des interceptions ont été simulées. 

Au cours de cet exercice, l'A330 de l'Otan a également rempli une autre mission : celle de ravitailler en vol plusieurs avions de chasse.

Le ravitailleur appartient à l'Unité multinationale multirôle, qui comprend six pays de l'Alliance et est subordonnée à l'Agence de soutien et d'acquisition.

L'unité peut exécuter des missions à l'échelle internationale. Dans deux ans environ, celle-ci sera pleinement opérationnelle et les avions multirôles pourront être déployés pour des missions de longue durée dans d'autres pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’OTAN va "faire tout ce qui est politiquement possible pour rassurer l'Ukraine"

Tournée diplomatique : Volodymyr Zelensky en Bulgarie pour discuter armes et Otan

Sommet de l'OTAN à Vilnius : la Pologne souhaite engager une adhésion accélérée de l'Ukraine