EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Des bombardements intenses pilonnent la Bande de Gaza : 240 palestiniens tués

Des habitants de la bande de Gaza tente de fuir les bombardements israéliens.
Des habitants de la bande de Gaza tente de fuir les bombardements israéliens. Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Somaya Aqad, AFP, Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des bombardements intenses pilonnent la Bande de Gaza : 240 palestiniens tués depuis la reprise des combats alors que la trêve a été rompue par les deux parties. Israël a rappelé ses émissaires au Qatar, où une nouvelle possible trêve était en discussion.

PUBLICITÉ

L'armée israélienne bombarde samedi la bande de Gaza où le bilan des victimes s'alourdit, le gouvernement israélien déplorant une "impasse" dans les négociations avec le Hamas au lendemain de l'expiration d'une trêve avec le mouvement islamiste palestinien.

La branche armée du Hamas et celle du Jihad islamique affilié, ont par ailleurs annoncé avoir tiré samedi "des barrages de roquettes" visant plusieurs villes d'Israël, notamment Tel-Aviv, sans faire de victimes.

L'armée israélienne a indiqué avoir frappé de son côté "plus de 400 cibles" dans le petit territoire palestinien surpeuplé, depuis la reprise des hostilités vendredi matin, dont 50 dans la région de Khan Younès (sud).

Selon, le ministère de la Santé du Hamas dans le territoire palestinien assiégé, fait désormais état d'un bilan de plus de 240 morts et 650 blessés depuis la fin de la trêve.

Le conflit entre Israël et le Hamas a été déclenchée par une attaque  sans précédent menée par le mouvement islamiste palestinien en Israël le 7 octobre, qui a fait 1.200 morts, en majorité des civils, selon les autorités.

En représailles, Israël a mené des bombardements dévastateurs contre le territoire palestinien, où il a lancé le 27 octobre une offensive terrestre.

Selon le gouvernement du Hamas, plus de 15.000 personnes, dont plus de 6.150 sont des enfants, ils ont été tués par des frappes israéliennes depuis le 7 octobre.

Les deux camps s'accusent au sujet de la fin de la trêve

Israël et le Hamas se renvoient la responsabilité de la fin de la trêve, qui avait permis la libération d'une centaine d'otages en échange de celle de 240 prisonniers palestiniens ainsi que l'accélération de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël notamment, a dit avoir "proposé un échange de prisonniers et de personnes âgées" parmi les otages, ainsi que la remise à Israël des corps de captifs "morts dans les bombardements israéliens".

Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé le mouvement islamiste d'avoir "violé l'accord" et "tiré des roquettes" vers Israël.

Depuis la conférence sur le climat COP28 à Dubaï, le président français Emmanuel Macron a par ailleurs jugé samedi que l'objectif d'Israël d'une "destruction totale du Hamas" devait être "précisé", car il risquait d'engendrer "dix ans" de guerre.

Il a appelé à "redoubler d'efforts pour parvenir à un cessez-le-feu durable", estimant que la "sécurité" d'Israël ne pourra être garantie si elle "se fait au prix des vies palestiniennes, et donc du ressentiment de toutes les opinions publiques dans la région".

En Cisjordanie occupée, l'armée israélienne a indiqué que des soldats avaient tué un homme à un barrage, près de Naplouse, après qu'il "a sorti un couteau et a commencé à avancer vers eux".

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Israël a par ailleurs mené des frappes en Syrie, près de Damas, contre des sites appartenant au Hezbollah libanais dans lesquelles quatre combattants, dont deux membres des Gardiens de la Révolution iraniens, ont été tués.

Les affrontements à la frontière libano-israélienne avaient par ailleurs repris vendredi après la fin de la trêve. Le Hezbollah, allié du Hamas, a déploré la mort de deux de ses membres dans des bombardements israéliens dans le sud, où un civil a également été tué.

PUBLICITÉ

Les organisations humanitaires alertent sur la situation

"Si les violences reprennent à cette ampleur et cette intensité, nous pouvons supposer que des centaines d'enfants de plus seront tués et blessés chaque jour", a alerté la directrice exécutive de l'Unicef, Catherine Russell.

D'autant que l'aide humanitaire, qui était arrivée plus largement pendant la trêve de sept jours même si elle restait très insuffisante selon l'ONU, a de nouveau été fortement restreinte par la reprise des hostilités.

Samedi, le Croissant-Rouge palestinien a toutefois indiqué avoir réceptionné les premiers "camions d'aide" depuis la fin du cessez-le-feu temporaire, via le terminal égyptien de Rafah, poste-frontière avec Gaza.

Les besoins sont immenses dans le territoire qu'Israël soumet désormais à un "siège complet" après 16 années de blocus, et où plus de la moitié des logements ont été endommagés ou détruits, avec 1,7 million de personnes --sur 2,4 millions d'habitants -- déplacées par la guerre d'après l'ONU.

PUBLICITÉ

La morgue et les hôpitaux  engorgés

Samedi, l'ONG Médecins sans frontières (MSF) a annoncé que l'hôpital al-Awda, l'un des rares à être encore opérationnels dans le nord de la bande de Gaza, avait été en partie touché par une frappe vendredi.

Fadel Naïm, médecin-chef à l'hôpital Ahli Arab de Gaza, a lui rapporté à l'AFP avoir reçu 30 cadavres samedi à la morgue, dont ceux de sept enfants.

A l'hôpital Nasser de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, la morgue est de nouveau engorgée alors que les tirs israéliens se concentrent désormais sur la ville.

"Mon fils Mohammed essayait de sortir les femmes et les enfants de notre tente" d'un camp de fortune monté dans une école, raconte Joumana Saïd à l'AFPTV.

PUBLICITÉ

"Mais un éclat de bombe l'a touché à la tête, elle a explosé", lâche-t-elle encore, avant d'éclater en sanglots. les gazaouis n'ont quasiment plus  d'eau potable, plus d'électricité et très peu de nourriture: l'ONU a alerté sur un risque de famine "immédiat".

Des manifestations à Tel-Aviv

En Israël, les familles et proches d'otages continuent de se mobiliser pour demander la libération des leurs après la confirmation vendredi soir par l'armée israélienne de la mort de cinq otages retenus dans la bande de Gaza. 136 otagessont encore détenus à Gaza par le Hamas et d'autres groupes.

Cent dix otages ont été relâchés depuis le début du conflit, dont 105 pendant la trêve, en majorité des femmes et des mineurs, selon les autorités israéliennes.

Vendredi, des manifestants s'étaient déjà rassemblés sur une place de Tel-Aviv, désormais connue comme la Place des Otages.

PUBLICITÉ

"On nous a fait entrevoir une chance que les gens sortent, nous rejoignent et reprennent leur vie d'avant", avait témoigné, ému, Ilan Zecharya, oncle de l'otage Eden Yerushalmi, âgée d'une vingtaine d'années.

"A tous, à notre pays, nous demandons un nouveau dispositif" pour la "libération de tout le monde", avait-il imploré.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Intenses bombardements dans la bande de Gaza après la fin de la trêve

Reprise des combats à Gaza et au sud du Liban, les Etats-Unis espèrent une nouvelle trêve

Nouvelle manifestation à Tel Aviv pour réclamer un accord sur la libération des otages