L'Afrique à l'heure de la révolution numérique

L'Afrique à l'heure de la révolution numérique
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Gros plan sur le Forum Forbes Afrique 2015 dans de ce nouveau numéro de Focus. “Avec plus de 700 millions d’abonnés mobiles, un chiffre supérieur à

PUBLICITÉ

Gros plan sur le Forum Forbes Afrique 2015 dans de ce nouveau numéro de Focus.

“Avec plus de 700 millions d’abonnés mobiles, un chiffre supérieur à celui des États-Unis et de l’Europe, l’Afrique vit une véritable révolution numérique, souligne François Chignac, notre correspondant à Brazzaville. Mais attention, d‘énormes défis restent à relever pour qu’internet devienne moteur de croissance inclusive. C’est notamment ce que nous ont expliqué les intervenants réunis à Brazzaville au Congo à l’occasion de cette édition du Forum Forbes Afrique”.

L’Afrique connaît actuellement une profonde mutation dont le principal vecteur est le téléphone portable. Les modes de circulation de l’information, de l’argent, des biens et des services, ainsi que des idées et des valeurs en sont profondément affectés. Mais, comment profiter pleinement de cette révolution sans éducation, ni accès à internet par exemple ?

Le point avec Dorothy Gordon, la directrice générale du Centre Kofi Annan Ghana-Inde d’excellence dans les TIC :

“Dans le domaine du e-commerce, il y a un énorme fossé en termes de réglementation sur les paiements électroniques au sein du pays. Nous avons aussi des gros manques en matière de sécurité dans les infrastructures numériques pour empêcher la fraude. Il faut donc combler ces manques avec des politiques appropriées. Car si on ne peut payer en toute sécurité, comment voulez-vous faire des affaires ?”

“La bande passante haut-débit reste encore non disponible à travers le continent, regrette quant à lui, Adel Alaya, le directeur financier de MTN Congo. Le deuxième défi, c’est que l’accès de la majorité de la population n’est pas encore au niveau escompté. Le troisième défi est lié effectivement au contenu et à l’adaptation de ce contenu par rapport aux besoins locaux en Afrique.”

Reste que la jeunesse africaine s’impatiente et a décidé de prendre le train en marche, comme ces jeunes tanzaniens qui proposent notamment des comptes d‘épargne virtuels rémunérés à des taux supérieurs à ceux pratiqués par les banques traditionnelles.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

SPECA : l'Asie centrale réaffirme son rôle pivot dans les connexions de transport

Riyad met tout en œuvre pour accueillir l'Exposition universelle de 2030

WTM de Londres : un secteur du tourisme de plus en plus vert et "slow"