EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La privatisation de Poste Italiane a commencé

La privatisation de Poste Italiane a commencé
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les Italiens peuvent acheter depuis ce lundi des actions de leur poste nationale, Poste Italiane, qui est entrée dans un processus de privatisation

PUBLICITÉ

Les Italiens peuvent acheter depuis ce lundi des actions de leur poste nationale, Poste Italiane, qui est entrée dans un processus de privatisation. 453 millions d’actions, soit plus du tiers du capital de l’entreprise, sont mises en vente par l‘État. Les investisseurs ont dix jours pour se manifester avant une entrée effective en bourse.

“Il s’agit de la plus importante privatisation en Europe cette année, souligne Francesco Caio, le PDG de Poste Italiane. Nous montrons aux investisseurs que les perspectives de croissance pour l’entreprise et pour le pays en général sont intéressantes.”

Cette entrée en bourse fait partie d’un vaste programme de privatisation lancé par le gouvernement italien, qui concerne également des secteurs comme les télécommunications, les chantiers navals, les chemins de fer ou le contrôle aérien. L’ouverture du capital de la poste pourrait faire rentrer quelque 4 milliards d’euros dans les caisses de l‘État, et contribuer ainsi à renflouer les dettes.

Avec près de 145.000 salariés, Poste Italiane est le premier employeur du pays. Outre le courrier, le groupe est également actif dans la logistique, l’e-commerce, la finance, l’assurance et la téléphone mobile.

Caio #PosteItaliane: “IPO più grande d'Europa, con l'Italia al centro” #IPOstepic.twitter.com/Pu0OQIbNop

— Poste Italiane (@PosteNews) 12 Octobre 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Prix de la bière en Europe : combien les supporters paieront-ils pendant l'Euro 2024 ?

Les Etats de l'UE jouent des coudes pour attirer les constructeurs chinois de véhicules électriques

Élections européennes : les défis à venir pour les banques de l'UE