EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Banque du Japon en terres inconnues

La Banque du Japon en terres inconnues
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La banque centrale nippone va explorer une nouvelle option non conventionnelle : le contrôle des rendements à long terme.

PUBLICITÉ

La Banque du Japon inaugure un nouveau chapitre dans l’histoire des politiques monétaires non conventionnelles.

Elle a surpris en annonçant que dorénavant, elle se chargerait aussi de fixer les taux à long terme. Elle achetera des obligations d’Etat dans le but de maintenir les rendements à 10 ans à leur niveau actuel, proche de zéro.

Pour le reste, la Banque centrale a opté pour le statu quo, avec un taux directeur nul et un taux de dépôt au jour le jour négatif à -0,1%.

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a expliqué que ce contrôle de la courbe des taux – soit le contrôle de l‘écart entre les taux courts et les taux longs – permettra de mener une politique monétaire plus flexible qu’auparavant, notamment en autorisant une variation du volume des rachats de dette publique. Ce dernier a été maintenu à 700 milliards d’euros par an, dans la mesure où le rendement à 10 ans est au niveau désiré (-0,06% avant l’annonce de la BoJ).

New Framework for Strengthening Monetary Easing: “Quantitative and Qualitative Monetary Easing with Yield Curve Co… https://t.co/JXumkB8zfY

— Bank of Japan (@Bank_of_Japan_e) 21 septembre 2016

En garantissant des taux à long terme très bas, la Banque du Japon veut doper la prise de risque, l’investissement et la consommation. Elle espère ainsi sortir le pays de la spirale déflationniste. Elle a d’ailleurs laissé entendre que sa politique accommodante serait maintenue même si l’inflation devait dépasser les 2%.

Avec AFP, Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024