EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La semaine folle d'Apple, firme aux 1000 milliards

La semaine folle d'Apple, firme aux 1000 milliards
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La valorisation boursière d'Apple rivalise presque avec le PIB espagnol.

PUBLICITÉ

Ce vendredi marque la fin d'une semaine folle pour Apple, devenue la première entreprise américaine à dépasser la barre des 1000 milliards de dollars de valorisation boursière.

Le titre, qui frôlait déjà son niveau record après avoir gagné 20 % depuis le début de l'année, a bondi jeudi après l'annonce de résultats trimestriels au dessus des attentes.

Les recettes d'Apple ont bénéficié d'un prix de vente moyen toujours plus important, notamment celui de l'iPhone X, dont le successeur doit être annoncé début septembre.  

"C'est vrai, ce cap du billion de dollars est avant tout symbolique, mais c'est extraordinaire pour Apple étant donné les pressions qu'elle a subies de la part d'entreprises comme Amazon, et le fait qu'il y a 20 ans, elle frôlait la faillite, n'est-ce pas ?"

"Oui, sa croissance a été extraordinaire au cours des deux dernières décennies et le fait qu'Apple soit parvenu à la maintenir tout au long de cette période, au fil des nombreux défis, est assez incroyable. Je pense que plusieurs facteurs sont intervenus : l'un est l'innovation continue en ce qui concerne l'iPhone, c'est évident, mais il y a aussi la diversification des activités, pour s'assurer d'autres sources de revenus", estime Craig Elam, analyste des marchés chez OANDA.

Une mise en perspective cette valorisation : la marque à la pomme rivalise presque avec le PIB espagnol, qui est d'environ 1 500 milliards de dollars. Celui de la France n'est que trois fois plus important que la capitalisation de l'entreprise américaine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale