PUBLICITÉ

Le trafic des antiquités en provenance des zones de conflits explose

Les antiquités du sang
Les antiquités du sang Tous droits réservés France Télévisions
Tous droits réservés France Télévisions
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les antiquités en provenance d'Irak et de Syrie affluent sur internet et accèdent même parfois au marché de l'art. Enquête sur le phénomène des "antiquités du sang".

Egypte, Syrie, Libye ou Irak : ces antiquités proviennent directement des zones de conflit. On les appelle les "antiquités de sang". Depuis le début de la crise COVID-19, ces antiquités circulent de plus en plus sur les réseaux sociaux.

PUBLICITÉ

Ici, à Alep, des pillards s'apprêtent à extraire une mosaïque d'un site ancien...

Pour cet archéologue, s'il n'y a pas forcément de sang sur ces pièces, elles restent totalement illégales...

"Les tablettes mésopotamiennes viennent d'Irak, ou de Syrie, cela provient de zones de conflits. Donc, c'est un grand terme "Antiquités de sang", bien sûr, cela a pu financer le terrorisme. En tout cas, cela a été soustrait d'une façon illégale de ces pays".
Vincent Michel
archéologue

Les marchandises se retrouvent ensuite sur des sites commerciaux et s'invitent même sur les grands marchés européens de l'art.

Deux jeunes chercheurs en archéologie traquent ces antiquités depuis de nombreuses années.

Ils ont fabriqué une carte avec toutes les œuvres volées qui se retrouvent chez les marchands d'art

"Ce portrait qui est là a été vendu en 2015 par Bonhams avec une mention très intéressante : on nous dit que cela provient de la collection d'un certain Monsieur S. à Zurich en Suisse dans les années 1990. Or, nous avons les photographies prises par les pilleurs, et les photos sont datées de 2013-2014, issues des échanges sur les réseaux sociaux, par des pilleurs cherchant à écouler leurs stocks provenant probablement d'une tombe".
Morgan Belzic
chercheur à l'Institut d'histoire de l'art

La recherche de biens culturels pillés pourrait bientôt être généralisée avec une application déjà utilisée pour le moment par les douanes.

En prenant une photo de l'objet, elle révèle de nombreuses informations utiles...

"C'est un objet, que nous voyons ici, d'origine mexicaine, dans l'ouest du Mexique et qui fait aujourd'hui l'objet d'un trafic."
Axel Kerep
archéologue pour PARCS, European Project Forecast

Selon l'Unesco, le trafic d'art est estimé entre 3 et 15 milliards d'euros par an.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un Britannique condamné à 15 ans de prison en Irak pour vol d'antiquités

Trafic d'antiquités : un ancien président du musée du Louvre mis en examen

District culturel de Saadiyat : l'un des plus grands centres culturels prêt pour 2025